Bière du mois (novembre)

Posted: December 6, 2011 in Beer of the Month, Beer tasting
Tags: , , , , ,

Après un début de mois en mode « stand-by » (voir mon article précédent), j’ai retrouvé ma motivation et enclenché le turbo lors des 14 derniers jours de novembre.

Afin de respecter au mieux les caractéristiques des quelques 200 nouvelles bières attendant impatiemment de transiter entre ma cave et mon estomac via mon frigo, j’ai décidé de faire fi de mes envies pavloviennes et de prioriser les styles étant les plus sujet à se dégrader. Oui, ces derniers ne sont généralement pas ceux qui excitent le plus mes papilles gustatives …

C’est donc une grande majorité de Lager (très souvent Hell …) et autres Weizen qui a accompagné mes soirées de fin d’automne. Parmi celles-ci, plus de la moitié (28 sur un total de 48) provenait d’Allemagne. Suivent très loin derrière la Suisse et la Slovaquie avec 4 et respectivement 3 bières. Les bières slovaques ne courent pas les rues (c’est le moins qu’on puisse dire) et restent à tous niveaux loin derrière celles de leur grand frère tchèque.

Le niveau global du mois, vous l’avez sans doute deviné, a été fort moyen. Dans le fond du tableau, on trouve deux bières slovaques (la troisième n’étant pas bien loin …) de la brasserie Topvar-Šariš (appartenant au géant SABMiller). La Smädný Mních, une pseudo-pilsner dominée par des notes de solvant et de plastique et la Výčapné Svetlé, également pleine de solvant avec en plus une amertume grossière et agressive.

Je vais vous épargner la longue liste de bières « made in Reinheitsgebot «  qui étaient au mieux buvables, mais en tous les cas ennuyeuses à hurler, en soulignant toutefois une des rares exceptions : la solide et fort bien faite Chiemseer Braustoff de la brasserie Maximilians.

Par chance, et pour préserver mon intégrité psychique, j’ai fait quelques infidélités à ma loi sur les priorités et j’ai glissé discrètement quelques breuvages chatoyants dans mon frigo. Et – ô hasard ! – ce sont celles-ci qui apparaissent en bonne position dans le classement du mois. Notons tout d’abord une nouvelle bière de la respectable brasserie suédoise Eskilstuna : la Bälgviken, une American Pale Ale à la solide amertume fruitée. Autre beauté venant du nord : la Wachu Saison, à la plaisante aigreur/acidité, produite par la brasserie danoise de Fano pour la brasserie « cliente » Grassroots.

Passons pour terminer aux trois premiers qui sont en fait, comme les mousquetaires, au nombre de quatre. Se partagent la 3ème place la bière italienne Vai Trà, une American Pale Ale de la brasserie Hibu (trouvée par hasard dans une épicerie de la région de Berne) et la charmante et très solidement houblonnée l’Été du Nord de la brasserie française Thiriez. Décidément, nos voisins de l’est sont en rapide mutation et ceci dans la bonne direction ! Quant à ceux du sud, ça fait un moment qu’on le sait.

En deuxième position, la Fresh Hop Harvest Ale de la brasserie saint-galloise Rappi Bier Factory. Une IPA à 50 IBU et titrant à 6.7%, aromatisée entièrement avec du houblon Perle. Le résultat est une bière excellente qui confirme tout le bien que je pense de cette brasserie, une des meilleures du pays, juste derrière les intouchables BFM et Trois Dames.

Le vainqueur du mois constitue pour moi une petite surprise, puisqu’il s’agit de la Samuel Adams New World Tripel des américains de Boston Beer. Non pas que je doute des capacités de cette brasserie, une des pionnières de l’ère moderne des brasseries artisanales, mais plutôt parce que je me suis passablement distancé de mes amours d’antan pour le style belge Tripel. Mais cette interprétation, pourtant assez fidèle avec ses notes épicées, fruitées, légèrement acidulée avec, en plus, de subtiles touches de boisé dues à une maturation en fûts de chêne, cette version disais-je donc, m’a conquis. Conquis, oui, mais je n’en suis pas pour autant tombé de ma chaise. Car c’est un dernier point qui doit être souligné : avec 16.4 sur 20, la gagnante du mois n’avait plus été si basse depuis le mois de janvier de cette année.

Que voulez-vous : c’est ce qui peut arriver quand on met des priorités …

Comments
  1. bienabienne says:

    Je ne suis pas une adepte de la bière..mais ton article est si bien fait que j’ai presque un doute. Non, ce que trouve joli et intéressant c’est le packaging.. Est-ce que tu les expose dans ton salon?🙂 Je rigole mais j’ai du me battre pour que ça n’arrive pas, il y a fort longtemps. Et aujourd’hui, eh bien je les trouve de plus en plus bien foutue à ce niveau. Alors, question : est-ce une idée ou vraiment les fabricants ont fait des efforts à ce niveau là? je me réjouie de voir ton interview!! tiens moi au courant ou mets la direct sur ma page, ok!! Bonne journée Bises

  2. Bov says:

    Tout d’abord, non: je n’expose pas les cadavres de mes dégustations dans mon salon. Ni autre part d’ailleurs (à l’exception d’une petite cinquantaine de canettes, chacune en provenance d’un pays différent, … dans mon bureau). Si tu veux en savoir plus sur mon hobby, je te conseille ma page FAQ: http://www.bov.ch/beer/faq.html
    Concernant le packaging, je dois avouer ne pas être le mieux placé pour répondre à ta question, étant donné que je me jette sur toute nouvelle bière, indépendamment de son look. Mais il est clair qu’il y a principalement deux tendances: les bouteilles au design “branché” (généralement dans des bouteilles en verre transparent blanc) ciblant un public jeune d’un côté et de l’autre côté, un design visant le traditionnel voire le pompeux et destiné à combler le retard d’image de la bière par rapport au vin.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s