IMG_1683[1]Avec les traditionnels “Solothurner Biertage” au programme du mois, il était couru d’avance que j’allais avoir du boulot plein les papilles gustatives ! Et ça n’a pas manqué avec un total de 92 bières dont 61 helvétiques. Il est presque inutile donc de préciser que les 13 autres pays présents au menu n’ont fait que de la figuration, puisque la République tchèque, la France et les Pays-Bas suivent à des années-lumière avec 4 représentants chacun. Mais la quantité n’est bien sûr pas tout et la Suisse a-t-elle cette fois pu marquer sa présence au niveau qualité ? Qui lira … saura.

Avant de m’attarder plus longuement dans les détails des bières suisses ainsi que du top et du flop du mois passé, je tiens à souligner un événement – malheureusement de plus en plus rare – qui me tient toujours particulièrement à coeur: l’obtention d’un nouveau pays à mon tableau de chasse. Le numéro 157 est donc devenu réalité sous la forme de la Caybrew, une bière des Îles Caïmans. Bon, ok, j’entends des voix au fond de la salle contestant le status de pays à ce territoire d’outre-mer du Royaume-Uni. Ce à quoi je répondrai comme d’habitude que 1) la définition de pays est passablement plus compliquée qu’on croit et que 2) je me base pour ce faire sur la liste de Ratebeer. Na ! Quant à la qualité de la bière, je ne peux m’empêcher de dire qu’elle était caïman pas très bonne (elle était facile, je sais), mais que malgré tout, elle ne fait pas partie des 10 bières les moins bonnes du mois. Ce qui peut quand même faire franchement un peu soucis … Mais j’y reviendrai.

Or donc, la Suisse.

IMG_1685[1]3 nouvelles brasseries ont croisé mon chemin avec – par ordre d’appréciation croissante – tout d’abord Haxli Schwändli Bräu. Cette micro bernoise située à Heiligenschwendi (celui qui acquiesce machinalement avec l’air “ouais, je vois” est ou un postier ou bien un menteur … ou peut-être un des brasseurs, mais bon …) – rive nord du lac de Thoune donc – ne m’a pas convaincu avec sa Black Ale. Mais comme ils offrent un bon nombre de bières de styles intéressants, j’espère les rencontrer bientôt à nouveau. On monte d’un cran avec les Valaisans de Sunnegg (Grächen) qui étaient présents à Soleure: leur Maibock ainsi que leur Stout sont de bonnes bières; leur Wildsau par contre – une IPA – doit encore être améliorée. Et finalement une excellente surprise avec Doppelleu Brauwerkstatt (Winterthur) qui offrent de bonnes (Chopfab Amber et Chopfab Hell) à très bonne bières (Chopfab Trüeb) dans des genres inattendus (California Pale Ale, Australian Golden Ale, Belgian Wit, …) de la part d’une brasserie nouvelle et ambitieuse. Une brasserie à suivre donc de très près !

Impossible pour moi de passer en revue les 54 autres bières suisses restantes, mais je vous signale en passant que j’en détaillerai un bon nombre lors d’un très prochain article sur les récents Solothurner Biertage. En attendant, voici en vrac une liste de très bonnes bières suisses du mois passé trouvées ailleurs qu’à Soleure:

  • la Bockbier de Wabräu, une brasserie de la banlieue bernoise qui mérite décidément le détour.Logo_Straettligen_Bier
  • la Summit IPA – une solide bière titrant à 7% – des incontournables Sudwerk.
  • une série impressionnante et variée de bières des thounois de Strättligen: Wässeriflue (IPA), Chlummerehölzli (Saison), Pacifique Pale Ale (American Pale Ale), St. Andrews (Scotch Ale) et surtout la Brambödeli (une Wheat IPA) qui échoue de peu au pied de mon podium du mois.
  • la Storm&Anchor Black Beard, une Double IPA brune et fumée, excellente certes, mais qui n’est en fait que le prélude d’une tempête – c’est le cas de le dire – ou plutôt d’un tsunami qui va déferler sur le podium du mois. Ça vient tout de suite, après la pub …

Avant de parler du paradis, attardons-nous brièvement sur l’enfer, car, comme vous devez le savoir, même si une nouvelle bière reste pour un chasseur de bière … et bien une nouvelle bière, quand celle-ci est mauvaise, cela s’apparente un peu à une traversée du domaine de Belzébuth les pieds nus.

IMG_1691[1]Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je me suis effectivement brûlé les pieds le mois passé ! La faute, à moi bien sûr – et c’est bien fait dirons les mauvaises langues – mais surtout à une petite virée en France voisine. Sérieusement: vous avez déjà fait attention à la qualité des bières présentées dans un supermarché Casino ou Trois Mousquetaires ? Franchement, ça fait peur … Entre les lagers surchargées pour alcooliques genre Atlas Intens, Dagsbier Forte ou Brauperle Super Strong et les mixtures à la Tequila pour ados attardés (Desperados Fuego, Fischer Merida, Kingsbräu Tekiros), les occasions de tourner de l’œil n’ont pas manqué ! Quel sens du sacrifice que le mien … Bref, au plus profond du côté obscur, ce sont les Lituaniens d’Utenos avec leur innommable Tuborg Skøll – de la Tuborg mélangée à de la Vodka, imaginez-vous – qui imposent leur loi devant la Tekiros précitée (brassée chez Saint-Omer) et la consternante Karlsberg Blonde Pur Malt. Et oui: je confirme, j’ai acheté ce trio d’artistes en France. Encore heureux que j’aie évité les taxes douanières …

IMG_1698[1]Refermons cette parenthèse douloureuse mais néanmoins nécessaire (il ne faudrait quand même pas qu’un historien du 38ème siècle se penchant sur les us et coutumes de notre époque en déduise fallacieusement qu’on se fendait la gueule avec chaque bière, non mais !). Bon, quoi d’autre ? Ah oui ! Tout d’abord un joli tir groupé de la brasserie tchèque Purkmistr (Plzen) avec 4 bières (Polotmavý, Světlý, Tmavý Ležák et Písař Pšeničné Kvasnicovéaux qualités indéniables. Puis l’inévitable De Molen bien sûr avec la Spik & Span, une savoureuse Golden Ale pouvant presque prétendre être une IPA. Une bière fort rare ensuite, produite en Norvège chez Nøgne Ø, envoyée par bateau dans des fûts à whisky en Australie pour être finalement embouteillée chez Bridge Road et ramenée depuis ces terres lointaines par les fameux “twin-tickers” Thomas et Philipp: l’Aurora Borealis, une Quadrupel forte et complexe affichant fièrement 14.9% d’alcool. Et finalement la seule (!) bière non-Suisse à être parvenue à se faire une place dans le top 10 du mois: l’excellente Mikkeller Grand Theft Orange des Danois d’Amager, une bière originale et complexe vieillie en fûts de Grand Marnier.

Ceci nous mène donc au fameux tsunami … En effet, si la domination helvétique au niveau de la quantité (un classique) mais aussi de la qualité (ça par contre, c’est beaucoup plus rare) a été écrasante, que dire de la brasserie qui a mis tout le monde d’accord sur le podium ? Vous l’avez sans IMG_1669[1]doute déjà deviné, il s’agit bien sûr de l’extraordinaire Storm&Anchor !

La Ryepa – une IPA brassée avec une portion de seigle, le jeu de mot ne vous aura pas échappé – allie précision et caractère de manière fascinante, l’âpreté du seigle apportant une dimension supplémentaire fort intéressante. La deuxième place revient à la très exclusive Sailor Grave Oaked, une version “barrel aged” de l’original où les notes boisées complètent de manière envoûtante les arômes de vanille, sirop d’érable et chocolat. Pour terminer, c’est la Oat – une Stout à l’avoine – qui l’emporte, un véritable délice de noisette et de café combiné à une solide présence de houblons et 7.1% d’alcool.

Franchement, vous avez encore des doutes sur la qualité des bières suisses après tout cela ?

cheers !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s