Posts Tagged ‘BrewBrothers’

stoziAfin d’égayer quelque peu les longues journées d’un hiver qui – à mon goût tout du moins – s’éternise, j’ai déclenché le turbo. Non pas de ma voiture, dont les modestes 100 CV suffisent déjà largement à attraper des amendes plus facilement que la grippe, mais de mon rythme de dégustation.

Ce sont donc 74 bières en provenance de 11 pays que ma vue, mon adorat, mon goût et moi-même avons passé en revue le mois passé. Comme dans la majorité des cas c’est la Suisse qui se taille la part du lion au niveau quantité avec 19 bières représentées. Suivent la Belgique (15) et les USA (13), constituant ainsi le même trio que lors du mois de janvier, mais dans un autre ordre.

Aucun pays rare ni aucune nouvelle brasserie suisse découverte, est-ce à dire que le mois a été fastidieux ? Ce serait aller un peu vite en besogne que de l’affirmer !

img_0149_369Rares sont les mois où je ne parle pas de Storm&Anchor et celui-ci ne fait pas exception. Si la Saison a été (relativement) en-deça de ce qu’on peut attendre de la part de Tom Strickler, la Columbus a été absolument enthousiasmante, manquant le podium du mois pour un cheveu en faveur d’une autre bière suisse sur laquelle je reviendrai plus tard. Parmi les autres bonnes bières du pays, je citerai encore la Robust Porter de Gutknecht’s Hammer-Bier, la Stozi-Bräu Black Amber et la BrewBrothers the Bright. Il y a eu bien sûr aussi du fort douteux (BrewBrothers Rauchbier), du pas terrible (Old School Irish Brown Ale) et du “ça passe tout juste” (Öufi Südfuss).

Fort heureusement – et contrairement au mois précédent – , les bières de mon pays sont parvenues à éviter (certes tout juste) le podium des cancres… Sur ce dernier nous trouvons la poussièreuse et bizarre St. Stefanus Blonde des belges de van Steenberge, la Karjala III des finlandais d’Hartwall (une lager de masse dans toute sa splendeur) et finalement – la pire de toutes avec une bonne marge – la Royal Classic des danois de Royal Unibrew. Leur nom ne vous dit rien ? Pensez à Faxe, Ceres ou Albani, je suis sûr que vous avez déjà croisé une de leurs fameuses marques …

nogne-oIl y a eu une nouvelle fois beaucoup d’excellentes bières et, bien entendu, un bon nombre a échoué au pied du podium. Je citerai tout d’abord trois bières belges en commençant par l’excellente version limitée de Drie Fonteinen, l’Armand’4 Oude Geuze Zomer (un lambic qui se décline également magnifiquement dans les trois autres saisons: Herfst, Lente et Winter), ainsi que deux merveilles de Mikkeller made in De Proef, la Bedow Autumn Porter et la Milk Stout où le lactose se marie superbement avec les houblons. IMG_1608[1]On retrouve ensuite Mikkeller, mais cette fois-ci plus au nord en collaboration avec les norvégiens de Nøgne Ø pour la George! Barrel Aged Cognac Edition (excellente, même si elle reste à mon avis en-deçà de la version Calvados). Autre bière digne d’intérêt et issue également d’une collaboration entre trois brasseries américaines cette fois: la Saison du Buff. Celle que j’ai pu goûter a été brassée chez Victory, mais il en existe deux autres versions produites chez les autres acteurs de cette collaboration: Dogfish Head et Stone.

Nous voici donc arrivé à l’heure du podium.

J’ai déjà dévoilé plus haut la nationalité – helvétique – du numéro trois. Il s’agit d’un habitué et de son célèbre chat sanctifié (ou était-ce béatifié ?), la nouvelle version Grand Cru Rosé de la Saint Bon-Chien de la Brasserie des Franches-Montagnes. Une version vieillie dans quatre barriques de vins blancs et rouges, particulièrement élégante et complexe.carnevale-ale

Puisqu’on parle d’élégance et de caractère, la numéro deux du mois n’en manque pas. La Carnevale Ale des Californiens de Port Brewing est une superbe Saison boostée aux brettanomyces, particulièrement complexe et rafraichissante.

Et, finalement, la victoire revient à la bière néerlandaise Mühle & Bahnhof de De Molen. Cette bière est basée sur un style traditionnel allemand très populaire au 19ème siècle dans la région de Leipzig: Gose. Une fermentation lactique complète la fermentation classique et donne à la bière des notes douces et acides avec parfois – comme c’est le cas ici – une touche salée plus ou moins marquée. La Gose avait totalement disparue pendant 20 ans dans la deuxième moitié du 20ème siècle, mais effectue un petit retour depuis. Une expèrience à ne manquer en aucun cas !

cheers!

Mikkeller 19 et Olympic Fix Dark

Mikkeller 19 et Olympic Fix Dark

Si la publication de mon billet mensuel a un peu tardé, ce n’est pas parce que je traverse un désert asséché, mais bien au contraire parce que l’année a commencé sur les chapeaux de roue ! Ce sont en effet 63 bières en provenance de 12 pays qui ont fait mon bonheur (ou presque) le mois passé.

Celui-ci a été marqué d’une empreinte états-unienne avec pas moins de 20 nectars en provenance de ce pays. La Suisse suit en deuxième position avec 14 bières (vous comprendrez plus tard pourquoi j’ai évité le terme “nectar” ici) et la Belgique – boostée par le tandem De Proef/Mikkeller – vient ensuite avec 11 représentants. La présence de deux pays relativement rares pour moi sont à noter: la Grèce avec la modeste Olympic Fix Dark et la Nouvelle-Zélande avec 3 excellentes bières de la brasserie 8 Wired.

Quid de la Suisse ?

Tout d’abord la découverte d’une nouvelle brasserie basée à Burgdorf (il semble y avoir un nid là-bas …): Blackwell. Pour avoir discuté à plusieurs reprises avec les brasseurs (des perfectionnistes intéressés par des styles de bière percutants), j’étais déjà pratiquement sûr de rencontrer de très bons produits. Et ça n’a pas manqué ! IMG_1601[1]Particulièrement réussie à mon avis est leur Rusalka Imperial Stout (même si 7.1% est un peu juste pour ce style). Une brasserie à suivre donc, en espérant les voir brasser plus régulièrement à l’avenir.

Puis, dans la catégorie “excellente brasserie et je confirme”, j’aimerais noter la Snappy Sailor IPA de Egghubel ainsi que deux bières de Storm&Anchor (je me demande si Tom est capable de brasser quelque chose qui n’est pas excellent ?!): la Sailor Grave – une Imperial Stout titrant à 12% et boostée à la vanille – et la Siren, un Barley Wine à 10.2% où la douceur initiale est équilibré par une impressionante amertume et une fin de bouche très sèche. Puis il y a eu quelques bières un peu décevante par rapport au niveau habituel de la brasserie, telles la Stella Maris de Lägere Bräu et la Honey Ale des BrewBrothers.

Et finalement il y a eu du franchement pas terrible du tout, mais je garde cela pour plus tard.

Si j’ai parlé de nectars au sujet des 20 bières en provenance des USA, c’est parce que leur niveau global a été franchement impressionnant (même si aucune d’entre elles n’apparait dans le top 3 du mois). Un petit bémol toutefois concernant l’Evil Twin Freudian Slip de Westbrook qui ne m’a pas convaincu. Sinon – et sans les citer toutes – je vous conseille chaudement les bières suivantes: Anchorage Galaxy White IPA, Jolly Pumpkin Sobrehumano Palena ‘Ole, Clown Shoes Muffin Top, Epic Brainless on Cherries, Alesmith IPA, Green Flash Saison Diego, Just Beer Pretty Things Once Upon A Time February 22nd 1945 X Ale et the Bruery 4 Calling Birds. gregoriusEt pour ceux qui pensent “cause toujours, comment veux-tu que je mette la main sur ces bières?”, je ne dirai que 3 mots: ERZ BIER SCHOF. Et non: je ne reçois aucune commission 😀

What else ?

Non pas une nouvelle sorte de Nespresso mais une nouvelle bière trappiste, la Gregorius de la brasserie autrichienne Stift Engelszell reconnue officiellement depuis octobre 2012 par l’Association Trappiste Internationale. Ce qui fait maintenant huit brasseries trappistes (une 9ème – l’Abbaye du Mont des Cats – dont la bière est pour l’instant encore brassée par Chimay, est sur les rangs). Pour revenir à la Gregorius, c’est une bière bien faite, parfaitement dans la lignée de la plupart des bières trappistes et à mon avis meilleure que celles de Chimay ou la Trappe.

Voici encore quelques bières excellentes que j’ai dégustées le mois passé et qui ont échoué au pied du podium:fullers-cognac

Avant de parler du podium du mois, faisons donc un détour (honteux) pour aborder le classement dans l’autre sens. Qu’y voit-on ? Et bien, malheureusement, 3 bières suisses. Si la Zulgbier das Dunkle s’en sort de justesse avec le qualificatif “modeste”, la Chocolate Cherry Stout (pourtant tout un programme) de l’Altes Tramdepot était elle difficilement buvable. Mais que dire alors de la Zügelbier de Burgdorfer, une brasserie pourtant habituellement loin d’être mauvaise, mais qui semble filer un mauvais coton en alignant une seconde nouveauté fort décevante après leur médiocre Dampfbier (et ne me faites pas rire en objectant que cette dernière a gagné la médaille d’or au World Beer Awards). Ce qui est sûr concernant la Zügelbier, c’est que le préposé au contrôle qualité avait congé le jour de l’embouteillage …

Fini de rire et en avant pour les trois premiers !

IMG_1591[1]Vous ai-je déjà dit que j’adorais les Imperial Stout ? Oui ? Heureusement, j’ai ainsi l’air moins con en annonçant que mon podium est constitué exclusivement de bières appartenant à ce style. Ahhh, j’oubliais: ceux qui sont allergiques aux “gypsy brewers” (noms connus de la rédaction ;-)) peuvent déjà cesser leur lecture pour éviter de se faire du mal.

Or donc, en troisième position, nous trouvons la Mikkeller George! Barrel Aged Calvados Edition, brassée chez les fantastiques norvégiens de Nøgne Ø (oui, ça se prononce toujours comme ça s’écrit). 12.12% d’alcool pour cette bière épaisse et complexe à souhait. La seconde place revient à la 8 Wired iStout. Cette impressionnante beauté titrant à 10.5% nous est offerte non pas par la firme à la pomme, mais par la brasserie néo-zélandaise Renaissance, le brasseur habituel de 8 Wired (et oui, il y a des gypsy brewers sur tous les continents ou presque). Et finalement, la victoire du mois revient à une nouvelle collaboration danoise entre Fanø et Evil Twin avec cette fois-ci la Even More Jesus, un miracle à 12% propre à faire douter un athée.

cheers !

holland_glIt’s high time for me to have a look back at 2012 !

The first thing that can be said is that I have set a new personal record with 834 different beers tasted. It’s the eighth consecutive year that this happens, so while I used to pretend having reached my maximum pace, I think the best to do for me now is to shut up …

The  number of countries has been close to the one in 2011 with 35 (+1). But unlike 2011 which has been one of the very rare years without beers from new countries, I got that time lucky enough to score 3 “country points”: Dominica, Andorra and Monaco.

Considering the number of beers foreach country it’s no surprise to see (again) Switzerland on top with 243 (which means I could reach 2000 swiss beers next December). On position 2 we find the USA with 94, then Canada (82), Sweden (78) and Belgium (61).

3%20fonteinen%20logoMy favourite country of 2012 – with a minimum of 5 beers rated – is the same as the year before: Netherlands ! Very surely a bias due to the fact that the only beers (or almost) I’m drinking from this country are from the excellent De Molen and Emelisse … The followers are Norway (really close), Denmark, Scotland, Brazil and the USA. If you are surprised about the strong performance of Norway, then think about Haandbryggeriet and Nøgne Ø. And, yes, I’m surprised about the presence of Brazil too … only because I forgot the nice beers I had from them at the Mondial de la Bière in Montreal: so remember breweries names like Bodebrown, Colorado or Bierland. At the bottom of this country ranking, you can find Austria and Argentina.

For the first time I tried to put in comparison my country ranking with their average alcohol content. The correlation is impressive ! Effectively, the first 2 countries are the same with the Netherlands (8.3%) and Norway (8.2%) taking one and two and the analogies go further as Brazil and Scotland take 4th place (8%). BrauWerk-BW-logo-BrauWerk-GmbH-62554-2011So considering that Heineken Switzerland just discontinued its stronger beer – which had an impressive 6% alcohol content ! – arguing that people want lighter brews, I must, once again, accept the fact I feel differently. But dont’ worry: I can assume that matter of fact :-))

In the category of the most represented breweries we can meet the same ones as last year, just in another order ! De Proef is now first with 24 beers (second in 2011), De Molen is second with 21 (third last year) and BrewDog is third with 18 (took first place in 2011 with 19). For those of you wondering about De Proef, don’t forget that most of Mikkeller beers are brewed there and that I put the beers under their location of production, so this explains that 😉

The top 5 breweries of 2012 – with a minimum of 3 beers – shows a nice mixture of countries with 3 Fonteinen (Belgium) on top, followed by Fanø (Denmark), Storm&Anchor (Switzerland), Dieu du Ciel! (Canada) and S:t Eriks (Sweden). I bet most of you don’t really know the last name on this list, do you ?

stormanchorThe most represented beer style is – like in 2011 – IPA. A very large win with 73 beers. Considering my favourite styles in 2012 (with a minimum of 5 beers) we can see Imperial Stout first followed by Imperial IPA, Black IPA, Barley Wine and Baltic Porter (the winner from last year). On the other side of the scale you will see Pale Lager at the bottom, then Dunkel, Fruit beers, English Pale Ale (surprising …) and Amber Ale.

As always, let’s now take a closer look at Switzlerland.

IMG_1594[1]Last year I have discovered beers from 20 new breweries. If some of them – like Walliseller Bier, Condémines or Muschtibräu – have been pretty bad, most of them were above average. The best new brewery of 2012 is Brauwerk from Oberweningen in the canton of Zurich. Second place goes to villa urPur (St. Niklausen, Obwalden) and third to BrewBrothers (Heimberg, Bern). Good breweries for sure but none of those three were able to make it into the top 5 of the best Swiss breweries of 2012. The win in this category belongs without surprise to the amazing Storm&Anchor just ahead of Officina della Birra. Further we have BFM on third place, Sudwerk fourth and Strättligen Bier fifth. Isn’t this a nice list ?

beer_104410It is pretty logical to meet brews from the aforementioned breweries while talking about the best Swiss beers of 2012. The win goes to the impressive Lisbeth from Officina della Birra while Storm&Anchor Nelson and BFM Abbaye Saint Bon-Chien 2011 take second respectively third place.

And finally, my overall highest rated beer from 2012 has been the exceptional Dieu du Ciel! Péché Bourbon with 19.2 points. The second place belongs to the BrewDog Tokyo Rising Sun Highland Edition while we can find plenty of wonderful beers on place three: A l’Abri de la Tempête Corne de Brume (Canada), Struise St. Amatus Oostvleteren 12 and 3 Fonteinen Armand’4 Oude Geuze Winter (both from Belgium), De Molen Festival Smoked Black IPA (Netherlands), Fanø Grassroots/Cigar City Neither and Amager Hoppin’ Frog Frog Hops to Amager (both from Denmark).

And now it’s no more time to look back but rather to get excited about what 2013 will bring !

cheers !

À peine ai-je eu le temps de jeter un coup d’oeil en arrière sur une très belle année 2011, qu’il faut se remettre au boulot: les nouvelles bières se bousculent au portillon !

Mise à part une dégustation à l’aveugle de 27 bières suisses (uniquement des lagers blondes de masse) dont j’ai eu pas mal de difficulté à me remettre sur pied – plus au niveau physique que mental; mes deux potes présents pourront témoigner que ça n’avait rien à voir avec un quelconque excès d’alcool ingéré ... – et sur laquelle je reviendrai en détail très bientôt, le mois s’est présenté de manière moyenne au niveau du nombre de bières (60), mais, et j’en suis fort aise, a été très bon au niveau de la qualité globale.

Parmi les treize pays ayant tutoyé mon gosier au mois de janvier, c’est à nouveau la Suisse qui se taille la part du lion quant au nombre avec exactement un tiers de toutes les bières. Suivent ensuite la France (7), l’Angleterre et les Pays-Bas (5). Mise à part le Chili, avec la très intéressante Kross 5, pas de pays inhabituels à signaler. D’ailleurs, à moins de creuser intensivement sur ratebeer.com et d’organiser un échange coûteux aussi bien en temps qu’en argent, mes chances de trouver une bière d’un pays nouveaux demeurent fort limitées.

Or donc, disais-je, la qualité a été très bonne ce mois-ci. Et il est réjouissant de constater que les bières suisses n’ont pas fait exception. Bien au contraire ! Certes, la nouvelle création de la brasserie neuchâteloise la Vouivre, dénommée de manière originale “la Blonde” (ce n’est même pas de l’ironie de ma part: leur 4 bières précédentes n’avaient aucun nom !), ainsi que l’Hopfendolde des peu probants Mondlinger Bräu n’ont pas été terribles, mais la valeur des autres a bien vite fait oublier ces deux bières mitigées. Il y a eu tout d’abord deux nouvelles merveilles de la brasserie zurichoise Gutknecht’s Hammer-Bier: la Morado-Maisbier (brassée à base de maïs violet) et l’Adventsdoppelbock où les épices telle la cardamome ainsi que l’écorce de citron ont été mariés à un bock généreux (6.8%) de manière absolument magistrale, ce qui la place ex-aequo sur la troisième marche de mon podium du mois. Hugo, le brasseur, confirme une nouvelle fois tout le bien que je pensais de son talent. Légèrement en deçà, mais toujours dans le très bon, on trouve deux nouvelles bières de Mein Emmental, ainsi que la Raben Brau Sommer et la Stozi-Bräu Columbus. En plus de ces confirmations sont venus s’ajouter deux nouveaux venus: les obwaldiens de villa urPur et les bernois de BrewBrothers (Heimberg, près de Thoune). Ces deux brasseries offrent des bières pleinement maîtrisées, de grande qualité et souvent très originales. A découvrir absolument !

Vue la qualité ce mois-ci, il serait indécent de ma part de parler de flop du mois en citant les 3 bières squattant le fond du classement. Je ne le ferai donc pas. Et ça me laissera de la place pour citer un peu plus de bières ayant marqué le mois.

Je commencerai tout d’abord par saluer la brasserie française du Mont Salève qui fait fort avec 4 bières franchement de bonnes factures. Pour celles et ceux qui veulent en savoir un peu plus sur cette brasserie, je leur conseille l’excellent article que lui a consacré mon légendaire ami Laurent Mousson sur son blog “Front Helvétique de Libièration”: Sur les frontières. Cette brasserie n’a pas été la seule de son pays à marquer le mois de son empreinte puisque j’ai eu le plaisir de boire la très convaincante Sans Dessus Dessous produite par l’Agrivoise.

Puis, j’aimerais signaler la très bonne brasserie néerlandaise Emelisse qui m’a prouvé, si besoin était, avec son Imperial Doppelbock et sa Rauchbier qu’il n’y a avait pas que De Molen aux Pays-Bas.

Autre bijou du mois: l’Ignis & Flamma, une délicieuse IPA inspirée de la Vuur & Vlam de De Molen et brassée par les belges de Struise.

Nous voici donc arrivé au podium du mois. J’ai déjà parlé précédemment de l’Adventsdoppelbock de Gutknecht’s Hammer-Bier qui, avec 16.8 sur 20, partage la troisième place avec le robuste (et coûteux …) barley wine anglais Marble Special 2009.

Le haut du pavé est tenu ce mois-ci par le Canada. Si la brasserie le Naufrageur n’y a de peu pas eu accès malgré sa St.-Barnabé ou surtout sa Corte Real, ses compatriotes ont brillé encore plus fort. C’est ainsi que la Matt’s Sleepy Time, une sorte de croisement entre une Stout Impériale et une strong ale belge genre St-Bernardus,  de la brasserie ontarienne Beau’s All Natural m’a complétement séduit. Et finalement au sommet trône la Corne de Brume de la brasserie québecoise À l’Abri de la Tempête. Cette dernière est située dans les îles de la Madeleine, un archipel du Golf du Saint-Laurent. Alors je ne sais pas si leur brasserie est vraiment bien à l’abri d’une tempête dans une pareille localité, mais ce qui est sûr, c’est que leur bière est bien plus agréable que de s’en prendre une dans la tronche ! Un nez fort complexe (vanille, noisette, caramel, prunes ainsi que d’autres épices) et un corps robustement malté avec une douceur parfaitement équilibrée par une sèche amertume. Bref, la classe !

santé !