Posts Tagged ‘Doppelleu’

jamesbraeuWie im letzten Artikel versprochen, möchte ich detaillierter auf die 103 neuen Schweizer Biere, die ich im März verkostet habe, zurückkommen. Meine Bewertungen können über die Links – die nach den Brauereien-Seiten auf Ratebeer.com führen – nachgesehen werden.

Kanton Aargau

feldNur 3 Biere hier, was eigentlich wenig ist für einen Kanton, der hinter Bern und Zürich die 3. grösste Anzahl von Brauereien mit 55 vorzeigt. Und Biere aus sehr unterschiedlichen Brauereien, von JamesBRÄU (5 Hektoliter) und ihr Coffee Stout bis Feldschlösschen (circa 1,5 Mio. hl) und ihr “Innovation des Jahres” Braufrisch über Lägere Bräu (1’800 hl) und ihr Whiskey Porter. Dass meine Vorliebe genau nach Anzahl Hektoliter umgekehrt sortiert ist, ist selbstverständlich purer Zufall. Oder ?

Kanton Appenzell

Die ambitionierte und erfolgreiche Brauerei Locher (160’000 hl und bald mehr als 200’000) konnte mich mit ihrem Glühbier überhaupt nicht überzeugen. Ich muss aber ehrlich zugeben, dass ich so was kaum trinken kann, egal welche Brauerei das produziert.

Kanton Bern

braubarGanz logisch, dass Bern mit 27 neuen Bieren quantitativ dominiert hat: nicht nur wohne ich hier aber vor allem hat dieser Kanton mit 94 eindeutig am meisten Brauereien von allen.

Während Aare Bier mit ihrem Dunkel ihre Biervielfalt-Allergie weiterhin bestätigt, sieht es bei den anderen ganz anders aus und sogar Hasli-Bier – die ihren ungeschickt gewählten Name ganz gerne verschwinden lassen würde – zeigt mit ihrer neuen Marke “49er” endlich ein bisschen was (Imperial Stout, Red Ale und Draft Beer).

Bei Barbière konnte ich 5 neue Biere entdecken. Das IPA Equinox, das Ali und das Mosart sind wirklich empfehlenswert. Und die anderen sind nicht weit hinten.

Dass Blackwell bei mir nicht automatisch einen Volltreffer bedeutet, zeigte das merkwürdige (aber nicht nur) Tannenbaum Effect 2.0 Brown Spruce IPA. Aber sowohl das Huell Melon T’Artagnan Berliner Weisse wie auch vor allem das Shishiga Universal Stout (Platz 2 des Monates) konnten den Eindruck meisterlich wiederherstellen. Wohlgemerkt: es sind 14,2% Alkohol Unterschied zwischen diesen 2 Bieren …

BRAUBAR macht gute Sachen, sehr gute sogar ! Das Hop Burst und das Later Red waren die Highlights unter den 4 neuen Bieren, die ich trinken konnte.

bryggerolRoger Brügger, der erste Schweizermeister der Bier-Sommeliers , steigt dank seinen exzellenten American IPA Nelson S. und I Bleed Black in meinem Ranking der Schweizer Brauereien weiter auf: Brygger Øl wird es wohl bald in der Top 20 schaffen und es könnte wohl weitergehen.

Immer gut, präzis und interessant: Burg Braui und das Mentha.

Nicht weit von meinem Wohnort entfernt, Patrick Domenig von Chicco-Bräu (Nidau) zeigt sein Können von Anfang an: Hoppy Pale Ale, Nelson lager und Nelson Weizen.

chiccoSein Pale Ale sorgte scheinbar für diverse Reaktionen, war für mich aber ok: Danidrinks.

Eine weitere neue Brauerei aus meiner Region ist la Courtysane (Courtelary). Ich hatte bis jetzt nur ein Bier, das überdurchschnittliche Teresina und freue mich schon auf weitere Sorten.

Drei neue Biere von mein Emmental (ä Böbu, ä Düderler und ä Röbu) konnten die Enttäuschung von letzten Mal teilweise korrigieren, ohne jedoch eine grosse Überzeugung bei mir zu bewirken.

Kanton Graubünden

surselvaDie Brauerei Engadiner Bier überzeugt mit Morteratsch Bier und Pöstli Bräu nach wie vor. Dies ist weniger der Fall bei Surselva Bräu: die 2 Biere, die sie für das Benediktiner Kloster Disentis brauen – St. Placi Goldhelles Spezial und Weizenbier – sind ungenügend bis durchschnittlich.

Kanton Jura

Von vielen vergöttert und ebenfalls von vielen unverstanden, da ist sie: l’Abbaye de Saint Bon-Chien in seiner Grand Cru Version 2014 (Frenchy Sparkling Wine) von BFM natürlich. Da dieses Bier den ersten Platz des Monates belegt, ist wohl klar in welcher Kategorie ich mich befinde.

Kanton Luzern

Hier konnte sich Goliath-Eichhof – mit seinem erstaunlich gut gelungenen Kulturbräu – gegen David-Sankt-Maria – und sein betrübliches No7 Weizen Dunkel (NB schlechtes Bier des Monates) – klar durchsetzen.

Kanton Sankt-Gallen

kornhausEin korrektes Bier von Kornhausbräu (der Herbst) und ein ebenfalls korrektes Bier von Sonnenbräu (Annett’s Büezer). Schlechtes Wetter hingegen bei Stadtbühl mit dem miserablen Zwickel und dem noch schlimmeren Minimal. Hilfe …

Wie man es richtig macht, zeigt die Brauerei Sennbräu mit 5 guten bis sehr guten Bieren wie das Farmhouse Ale und das Landbier.

Kanton Thurgau

barfussEine neue und ziemlich gute Brauerei zuerst mit Barfuss (Black Monkey, Secret Service und Sleeping Bear) und dann eine neue (wobei nur für mich, da diese seit 2005 gibt) und ziemlich schlechte Brauerei mit Element (Feuerkelch, Kloster und Pils). Stolz sein, nach Reinheitsgebot zu brauen, genügt wohl nicht …

Ein sicherer Wert in diesem Kanton bleibt weiterhin das Brauhaus Sternen mit seinem Rauchbier.

Kanton Tessin

rudbirHier konnte ich ebenfalls 2 neue Brauereien entdecken, beide recht gut !

Bei Birra Schmid haben mich sowohl das Coast Ale wie auch das Dry Stout überzeugt. Bei Rud Bir war es mit dem Imperial und dem Stellare sogar noch besser.

Von Bad Attitude (Birrificio Ticinese) konnte ich das sehr gute Strange Love wie auch das anständige Grauvogel verkosten.

Kanton Waadt

tempsDieser Kanton zeigte eine starke Präsenz mit nicht weniger als 15 neuen Bieren und vor allem 4 neuen Brauereien ! Fangen wir mit diesen an:

  • die Brasserie du Temps ist viel versprechend mit Bieren wie vor allem Tempérance und Boule à Neige.
  • gut ebenfalls die Brasserie la Drêche mit seinem Kürbis-Bier Ale’Oween (und es braucht schon was, damit ein solches Bier mich anspricht)
  • interessant und gut gemacht war das Car Rouge von Echec & Malt
  • hingegen war das Bjer von Concorde ein Versager

nebuleuseDa wir gerade bei den Enttäuschungen sind, fahren wir gerade weiter:

Dann, bessere Produkte mit dem Bière Rousse au Gingembre von Cathélaz, Caribou von la Nébuleuse, Grand Cru 2013 von les Faiseurs de Bière (eine jetzt leider geschlossene Pionier-Brauerei) und vor allem Tropicale IPA von Trois Dames.

Kanton Wallis

tardivWenn ich an diesen Kanton denke, kommen mir zuerst 2 Sachen in den Sinn: zu viele bescheidene bis sogar schlechte Brauereien einerseits und die vermutlich innovativste Brauerei der Schweiz andererseits (doch, doch, es gibt schon was inzwischen)

Als Vertreter der erste Kategorie traf ich das arme Bonnefille la Rousse von Tardiv, während mich nicht weniger als 8 neue Biere von Brasserie des 5 Quatre Mille mehr als glücklich gemacht haben (die besten waren Mosaic is Back, 3xC Porter und Session IPA).

Kanton Zürich

Nicht wirklich begeistert hat mich die Entdeckung der Brauerei Aathaler-Bräu. Die 5 Biere, die ich erhalten konnte, schwankten zwischen leicht überdurchschnittlich (Black Bull Irish Stout und Ginger Ale) und schlecht (Pale Ale). Verbesserungspotential ist klar vorhanden.

wehntalVon der 2. für mich neuen Brauerei des Kantons, Braumanufaktur Sunneberg, hatte ich nur ein Bier: Red Ale. Es war aber gut und ich hoffe schwer, bald neue Sorten finden zu können.

Vier neue Biere aus Bierzunft Wehntal haben meinen sehr mässigen Ersteindruck – der 3 jährig war – meisterlich verbessert ! Biere wie Ekaterina, DIPA oder Brown Ale sind einfach exzellent.

Gut ebenfalls war das Imperial IPA von Doppelleu und noch besser das neue Storm&Anchor IPA.

turbinenEine Stufe tiefer, jedoch weiterhin ok, findet man Turbinen-Bräu und sein Cortina sowie UG Bräu (UG-Maibock und UG-Sauer Alt).

Wie immer ganz stark war die zweitbeste Brauerei im Kanton – Gutknecht’s Hammer-Bier – mit Choco-Chili-Porter, Rhubarby Doppelbock und XXl IPA.

cheers !

Advertisements

Es ist soweit: die Zahlen des Schweizer Biermarkts wurden gerade veröffentlicht (das Pressecommuniqué ist hier nachzulesen).

Ohne Überraschung ging die Mehrheit der Zunahme vom gesamten Biermarkt (63’200 Hektoliter) zugunsten der Bierimporte (51’536). Diese bauen also ihren Markanteil weiter auf 26.8% auf. Obwohl das Wachstum im Vergleich auf das vom letzten Jahr mässig auffällt, kann ich die Meinung von Marcel Kreber – Direktor Schweizer Brauerei-Verband – keinesfalls teilen, wenn er diesbezüglich sagt “Es scheint, dass eine Abflachung der Entwicklung eingesetzt hat.” Die folgende Grafik, die die Entwicklung der Bierimporte und des Inlandausstosses darstellt, zeigt dass die Sorgen des Brauerei-Verbands betreffend Zunahme der Importe bei weitem nicht vorbei ist:

graph-prod-import

Jedoch sieht es so aus, als ob ausnahmsweise das sympatische Duopol Carlsberg/Heineken wenig Verlust (ich rede natürlich über Hektoliter) hinnehmen mussten. Unter den Brauereien, die in 2014 weniger produzieren als das Jahr zuvor, können noch Schützengarten und Rugenbräu mit je 2’000 hl Verlust erwähnt werden. Bei den “Siegern” findet man sehr viele Brauereien wie zum Beispiel Felsenau (+10%), Doppelleu (mit +200% auf 15’000 hl), Burgdorfer (+12%) und Aare Bier (+11%).

Der Schweizer Biermark 2014 sieht also folgendermassen aus:

biermarkt2014

Für 2015 sind die folgenden Entwicklungen erwartet:

  • Ramseier, die zurzeit grösste unabhängige Brauerei der Schweiz, hat 4 Millionen in einer neuen Dosenabfüllanlage investiert (seit Juni 2014 im Betrieb). Ziel damit ist unter anderen, die in Deutschland gebrauten Landi Farmer Dosenbieren im Hochdorf produzieren zu können. Falls alles klappt und mit einer Kapazität von 28’000 Dosen pro Stunde, steht ein schönes Wachstum in Sicht.
  • Ebenfalls tut sich bei der Brauerei Locher was: sie wird – vermutlich noch in 2014 – mehrere neue Lagertanks an einem neuen Standort am Nordeingang von Appenzell in Betrieb nehmen. Die Kapazitätsgrenze von 160’000 Hektoliter am alten Standort gehört also bald der Vergangenheit an und man rechnet bald mit einer Produktion von über 250’000 Hektoliter. Der Kampf um den Titel der grössten unabhängigen Brauerei der Schweiz wird also spannend …
  • Als wichtiger Akteur der Schweizer Bierszene profiliert sich Doppelleu nach erst 3 Jahren (!) immer mehr. Sie baut ihre Brauerei für 5 Millionen Franken aus und soll ab nächstem Jahr bis zu 35’000 Hektoliter produzieren.

 

cheers!

 

beer-whitealeTout a commencé par la volonté de prioriser les bières suisses parmi la meute (trop) nombreuse de candidats en attente dans ma cave. Ce n’est que quatre jours avant la fin du mois – date correspondant à l’excellent 5ème Craft Bier Festival de Rapperswil – que j’ai pris conscience de la possibilité de réaliser quelque chose d’unique pour moi (et peut-être d’unique tout court): déguster 100 nouvelles bières suisses durant le même mois ! Si tenir une moyenne de 3,23 bières par jour n’est en soit pas négligeable, la véritable difficulté de cet “exploit” réside beaucoup plus dans le fait d’y arriver lorsque l’on a déjà plus de 2300 bières helvétiques au compteur. Mais finalement, au-delà des chiffres et autres statistiques que bien évidemment j’adore, l’essentiel reste l’incroyable richesse actuelle de la bière dans notre pays.

Il va de soi qu’il n’est resté que des miettes pour les 13 autres pays lors du mois écoulé et l’Espagne – arrivée 2ème en nombre – fait bien pâle figure avec ses 4 représentants face à l’armada helvétique forte d’exactement 100 membres. Mais il y a tout de même certaines choses à relever. Tout d’abord la présence fort rare du Japon avec deux très bonnes bières de la brasserie Kiuchi: Hitachino Nest White Ale et Hitachino Nest Commemorative Ale 2014.  Puis une toute nouvelle – et bonne – bière trappiste (disponible depuis la fin de l’année 2013), la Zundert de la brasserie néerlandaise De Kievit ainsi que la meilleure non-suisse, la Manzanita, une collaboration entre les Allemands de Freigeist et les Californiens de Fort Point. Et pour terminer il faut noter qu’avec seulement 23 représentantes, les bières étrangères ont réussi à truster le podium des cancres avec les portugaises Amphora Gladiator, Amphora Bracara et – la pire de toute – l’espagnole Xativa Er Boquerón. Un résultat somme toute très réjouissant pour les bières suisses !

brisenbraeuVenons-y donc à ces fameuses 100 bières suisses ! Bon pas toutes, il ne faut pas exagérer … Un coup d’oeil tout d’abord sur les 8 nouvelles brasseries découvertes ce mois. Trois d’entre-elles sortent clairement du lot et je vous les conseille fortement. Il s’agit de Birreria Pacific (Brusio dans les Grisons) avec notamment la Zamin et l’I.P.A.. Puis des Bernois de Aarmühle (Liebefeld) avec surtout leur Lemongrass India Pale Ale et de leurs voisins de Bäupbärger Bier (Belpberg en dialecte dans le texte…) et leur superbe Citra (à nouveau une IPA, un style totalement incontournable actuellement dans notre pays). Une mention positive également pour CVL Brewers (Chen Van Loon) avec des bières telle l’Amber Ale au profil complexe et assez original, terreux et épicé; puis les Nidwaldiens de Brisenbräu (nota bene la seule brasserie du canton) et leur très bonne Stout. On descend d’un cran avec KrügelBIER (Lucerne), une brasserie capable du meilleur (ObLaBi) et du moins bon (DuWeiBi) avec entre les deux une large palette de bières. Assez semblable bien que moins polarisé du côté de chez Culina-Bräu (Höri, canton de Zurich) où je retiendrai avant tout la bonne Holunderblühten-Bier. Finalement, la nouvelle brasserie la moins convaincante IMG_3124[1]aura été Drachenbräu (Oberrieden, Zurich) dont ni la Pils ni la Drachenbock ne seront parvenues à m’enthousiasmer – contrairement à d’autres personnes – lors du dernier Craft Bier Festival de Rapperswil.

Voici maintenant une vue d’ensemble des bières des autres brasseries. Pour la liste exhaustive, reportez-vous à la liste de mes 500 dernières bières dégustées. Mais si vous comptez le faire 6 mois après la publication de cet article, tant pis pour vous … Prêt ? C’est parti !

Si cette longue énumération ne vous a pas donné soif, j’espère que l’évocation du podium y parviendra ! Comme cela arrive parfois et tels les 3 mousquetaires, les 3 meilleures bières du mois sont au nombre de 4. Et elles sont toutes produites par des brasseries déjà évoquées ci-dessus. Les deux bières en troisième position sont l’American Ninja de 523 – burgbrauiune solide Black IPA titrant à 8.37% et arborant fièrement ses 90 IBU – ainsi que la Zinal Imperial Red Fruits, une Imperial Stout à 11.5% où notamment les malts rôtis se combinent aux fruits rouges de manière absolument divine.

Quant aux deux premiers – oui, il y en a deux et ce n’est pas parce que je ne voulais pas faire de jaloux, mais que voulez-vous: quand les points sont exactement les mêmes … – il s’agit tout d’abord à nouveau d’une bière de la brasserie de Zinal des 5 Quatre Mille, l’Imperial Milk Stout Crème Brûlée où le côté lactique et la douceur se marient admirablement avec des notes de café, de vanille et de noix. Et pour l’accompagner  nous retrouvons un autre surdoué du brassage avec la Burg Braui Rosmarinus, une bière d’un charme et d’une précision géniale dans laquelle le romarin et des notes fruitées jouent une partition quasi-parfaite. Chapeau !

cheers !

Les bières de la très prometteuse brasserie 523

Les bières de la très prometteuse brasserie 523

Comme à chaque fois à l’approche des traditionnels “Solothurner Biertage“, j’essaye de me mettre à jour au niveau des bières suisses en écoulant le stock en suspens dans ma cave. Une tâche ressemblant un peu par les temps qui courent à la malédiction infligée à Sisyphe (vous savez: le gars condamné par les dieux à pousser éternellement un rocher qui retombait chaque fois avant d’atteindre le sommet de la montagne). Je ne veux pas dire par là que mon boulot est désagréable – loin de là ! – mais il semble par contre impossible à achever (ou tout du moins à être maintenu actuel): pour chaque bière dégustée apparaissent deux nouvelles issues d’un big bang brassicole qui parait pour l’instant infini …

Donc sur les 67 bières en provenance de 9 pays m’ayant fait face le mois passé, l’immense majorité – 43 – étaient helvétiques. Les USA (8) et l’Allemagne (5) suivant à quelques années lumières.

La carte des bières en bouteilles du nouveau brewpub “Barbière”

Les trois nouvelles brasseries suisses découvertes au mois de mars sont toutes bernoises et sans conteste toutes les trois dignes d’intérêt. La brasserie 523 (Köniz) semble être la plus prometteuse et le moins que je puisse dire, est que sa Pacific Imperial IPA m’a fait forte impression (elle échoue d’ailleurs de peu au pied du podium). FB Frei’s Bier (Thun) et leur Hopfengold ne sont pas en reste non plus et j’ai hâte de pouvoir découvrir d’autres de leurs produits. Quant au nouveau “brewpub” de Berne, Barbière, il a été littéralement pillé lors de la soirée d’inauguration le 21 mars. Résultat des courses: 3 semaines plus tard, ils n’ont plus aucune bières maisons à offrir ! Les trois bières que j’ai pu découvrir me font penser qu’ils ont un bon avenir devant eux. Il leur faudra toutefois résoudre certains problèmes logistiques et réfléchir au bien-fondé de leurs prix plutôt gonflés.

Voici en bref – en fait pas vraiment vu le nombre – quelques autres bières suisses découvertes le mois passé:

Avec une proportion telle de bières suisses, il était malheureusement inévitable d’en retrouver parmi les 3 pires du mois. Il est juste un peu décevant de constater qu’elles sont helvétiques toutes les 3 … Je vous ai déjà un peu parlé de la Chopfab Draft de Doppelleu, un clone de Cardinal Draft n’ayant rien à faire dans la gamme de produits d’une brasserie se voulant artisanale. Pire encore, la Schwinger Bier de Schützengarten, une bière aux notes désagréables d’urine et de papier. Cette dernière se voit toutefois coiffée sur le poteau par le dernier monstre du géant Carlsberg: j’ai nommé la Cardinal Brunette. Une bière oscillant entre franche plaisanterie (on peut lire “bière artisanale” sur l’étiquette) et consternation profonde (le niveau gustatif est nullissime). Bref: du grand art.

En plus des excellentes bières suisses déjà citées plus haut, voici quelques merveilles du mois passé ayant manqué de peu le podium:

Ceci nous conduit tout naturellement au top 3 et c’est le moment que je choisi pour sortir de mon chapeau une bière helvétique dont je n’ai pas encore parlé: la magnifique Hoppy Brown de Storm&Anchor qui se retrouve 3ème.

Les USA – avec 4 bières dans les 11 premières du mois – s’emparent (nettement) des deux premières places avec the Green Dragon de la brasserie Against the Grain (seconde; un Barley Wine titrant 12.5% pour 115 IBU) et la Cant Dog, une impressionnante Imperial IPA d’une brasserie dont j’ignorais jusqu’à peu l’existence: Marshall Wharf (située dans le Maine).

En attendant de vous voir – qui sait ? – lors des “Solothurner Biertage”:

cheers !

IMG_1683[1]Avec les traditionnels “Solothurner Biertage” au programme du mois, il était couru d’avance que j’allais avoir du boulot plein les papilles gustatives ! Et ça n’a pas manqué avec un total de 92 bières dont 61 helvétiques. Il est presque inutile donc de préciser que les 13 autres pays présents au menu n’ont fait que de la figuration, puisque la République tchèque, la France et les Pays-Bas suivent à des années-lumière avec 4 représentants chacun. Mais la quantité n’est bien sûr pas tout et la Suisse a-t-elle cette fois pu marquer sa présence au niveau qualité ? Qui lira … saura.

Avant de m’attarder plus longuement dans les détails des bières suisses ainsi que du top et du flop du mois passé, je tiens à souligner un événement – malheureusement de plus en plus rare – qui me tient toujours particulièrement à coeur: l’obtention d’un nouveau pays à mon tableau de chasse. Le numéro 157 est donc devenu réalité sous la forme de la Caybrew, une bière des Îles Caïmans. Bon, ok, j’entends des voix au fond de la salle contestant le status de pays à ce territoire d’outre-mer du Royaume-Uni. Ce à quoi je répondrai comme d’habitude que 1) la définition de pays est passablement plus compliquée qu’on croit et que 2) je me base pour ce faire sur la liste de Ratebeer. Na ! Quant à la qualité de la bière, je ne peux m’empêcher de dire qu’elle était caïman pas très bonne (elle était facile, je sais), mais que malgré tout, elle ne fait pas partie des 10 bières les moins bonnes du mois. Ce qui peut quand même faire franchement un peu soucis … Mais j’y reviendrai.

Or donc, la Suisse.

IMG_1685[1]3 nouvelles brasseries ont croisé mon chemin avec – par ordre d’appréciation croissante – tout d’abord Haxli Schwändli Bräu. Cette micro bernoise située à Heiligenschwendi (celui qui acquiesce machinalement avec l’air “ouais, je vois” est ou un postier ou bien un menteur … ou peut-être un des brasseurs, mais bon …) – rive nord du lac de Thoune donc – ne m’a pas convaincu avec sa Black Ale. Mais comme ils offrent un bon nombre de bières de styles intéressants, j’espère les rencontrer bientôt à nouveau. On monte d’un cran avec les Valaisans de Sunnegg (Grächen) qui étaient présents à Soleure: leur Maibock ainsi que leur Stout sont de bonnes bières; leur Wildsau par contre – une IPA – doit encore être améliorée. Et finalement une excellente surprise avec Doppelleu Brauwerkstatt (Winterthur) qui offrent de bonnes (Chopfab Amber et Chopfab Hell) à très bonne bières (Chopfab Trüeb) dans des genres inattendus (California Pale Ale, Australian Golden Ale, Belgian Wit, …) de la part d’une brasserie nouvelle et ambitieuse. Une brasserie à suivre donc de très près !

Impossible pour moi de passer en revue les 54 autres bières suisses restantes, mais je vous signale en passant que j’en détaillerai un bon nombre lors d’un très prochain article sur les récents Solothurner Biertage. En attendant, voici en vrac une liste de très bonnes bières suisses du mois passé trouvées ailleurs qu’à Soleure:

  • la Bockbier de Wabräu, une brasserie de la banlieue bernoise qui mérite décidément le détour.Logo_Straettligen_Bier
  • la Summit IPA – une solide bière titrant à 7% – des incontournables Sudwerk.
  • une série impressionnante et variée de bières des thounois de Strättligen: Wässeriflue (IPA), Chlummerehölzli (Saison), Pacifique Pale Ale (American Pale Ale), St. Andrews (Scotch Ale) et surtout la Brambödeli (une Wheat IPA) qui échoue de peu au pied de mon podium du mois.
  • la Storm&Anchor Black Beard, une Double IPA brune et fumée, excellente certes, mais qui n’est en fait que le prélude d’une tempête – c’est le cas de le dire – ou plutôt d’un tsunami qui va déferler sur le podium du mois. Ça vient tout de suite, après la pub …

Avant de parler du paradis, attardons-nous brièvement sur l’enfer, car, comme vous devez le savoir, même si une nouvelle bière reste pour un chasseur de bière … et bien une nouvelle bière, quand celle-ci est mauvaise, cela s’apparente un peu à une traversée du domaine de Belzébuth les pieds nus.

IMG_1691[1]Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je me suis effectivement brûlé les pieds le mois passé ! La faute, à moi bien sûr – et c’est bien fait dirons les mauvaises langues – mais surtout à une petite virée en France voisine. Sérieusement: vous avez déjà fait attention à la qualité des bières présentées dans un supermarché Casino ou Trois Mousquetaires ? Franchement, ça fait peur … Entre les lagers surchargées pour alcooliques genre Atlas Intens, Dagsbier Forte ou Brauperle Super Strong et les mixtures à la Tequila pour ados attardés (Desperados Fuego, Fischer Merida, Kingsbräu Tekiros), les occasions de tourner de l’œil n’ont pas manqué ! Quel sens du sacrifice que le mien … Bref, au plus profond du côté obscur, ce sont les Lituaniens d’Utenos avec leur innommable Tuborg Skøll – de la Tuborg mélangée à de la Vodka, imaginez-vous – qui imposent leur loi devant la Tekiros précitée (brassée chez Saint-Omer) et la consternante Karlsberg Blonde Pur Malt. Et oui: je confirme, j’ai acheté ce trio d’artistes en France. Encore heureux que j’aie évité les taxes douanières …

IMG_1698[1]Refermons cette parenthèse douloureuse mais néanmoins nécessaire (il ne faudrait quand même pas qu’un historien du 38ème siècle se penchant sur les us et coutumes de notre époque en déduise fallacieusement qu’on se fendait la gueule avec chaque bière, non mais !). Bon, quoi d’autre ? Ah oui ! Tout d’abord un joli tir groupé de la brasserie tchèque Purkmistr (Plzen) avec 4 bières (Polotmavý, Světlý, Tmavý Ležák et Písař Pšeničné Kvasnicovéaux qualités indéniables. Puis l’inévitable De Molen bien sûr avec la Spik & Span, une savoureuse Golden Ale pouvant presque prétendre être une IPA. Une bière fort rare ensuite, produite en Norvège chez Nøgne Ø, envoyée par bateau dans des fûts à whisky en Australie pour être finalement embouteillée chez Bridge Road et ramenée depuis ces terres lointaines par les fameux “twin-tickers” Thomas et Philipp: l’Aurora Borealis, une Quadrupel forte et complexe affichant fièrement 14.9% d’alcool. Et finalement la seule (!) bière non-Suisse à être parvenue à se faire une place dans le top 10 du mois: l’excellente Mikkeller Grand Theft Orange des Danois d’Amager, une bière originale et complexe vieillie en fûts de Grand Marnier.

Ceci nous mène donc au fameux tsunami … En effet, si la domination helvétique au niveau de la quantité (un classique) mais aussi de la qualité (ça par contre, c’est beaucoup plus rare) a été écrasante, que dire de la brasserie qui a mis tout le monde d’accord sur le podium ? Vous l’avez sans IMG_1669[1]doute déjà deviné, il s’agit bien sûr de l’extraordinaire Storm&Anchor !

La Ryepa – une IPA brassée avec une portion de seigle, le jeu de mot ne vous aura pas échappé – allie précision et caractère de manière fascinante, l’âpreté du seigle apportant une dimension supplémentaire fort intéressante. La deuxième place revient à la très exclusive Sailor Grave Oaked, une version “barrel aged” de l’original où les notes boisées complètent de manière envoûtante les arômes de vanille, sirop d’érable et chocolat. Pour terminer, c’est la Oat – une Stout à l’avoine – qui l’emporte, un véritable délice de noisette et de café combiné à une solide présence de houblons et 7.1% d’alcool.

Franchement, vous avez encore des doutes sur la qualité des bières suisses après tout cela ?

cheers !