Posts Tagged ‘Fleurac’

En fait, j’aurais des tonnes d’excuses à faire valoir pour justifier le retard de ce rendez-vous mensuel. Mon récent voyage à Montreal, où j’ai eu la chance et l’honneur d’être invité comme juge au Mondial de la Bière – je reviendrai sans aucun doute là-dessus dans un prochain article – ne constitue qu’une excuse fort agréable. D’autres aléas de la vie l’ont été beaucoup moins.

Mais je suis ici pour parler de bière, donc allons-y

Après un mois d’avril fort chargé, le nombre de bières dégustées au mois de mai est retourné à la normale avec 58 unités. Sur les 15 pays du mois passé, c’est à nouveau la Suisse qui passe en tête avec 16 représentants. Les USA (10) et la Suède (8) viennent ensuite. A signaler deux pays inhabituels: l’Islande (avec une bière décente, la Borg Bríó) et l’Ethiopie (avec … comment dire … un truc pas terrible du tout sur lequel je reviendrai en abordant les flops).

So, what’s up in Switzerland ?

Tout d’abord de belles confirmations telle la Viper (une IPA de Degenbier) ou la Bad Attitude Rudolph (une American Strong Ale des très créatifs Birrificio Ticinese). Et – surtout! – deux superbes monstres de l’excellente brasserie Storm&Anchor, la Nelson (une Imperial IPA au Nelson Sauvin bien sûr) qui s’empare brillamment de la 2ème place du mois et l’India Ice Bock, un solide Eisbock surhoublonné qui titre fièrement à 20%, un taux d’alcool lui permettant de détrôner l’Abbaye de Saint Bon-Chien 2005 dans la catégorie de la bière la plus forte jamais brassée dans notre pays.

Puis il y a eu deux surprises positives de la part d’une brasserie dont je ne m’y attendais pas: Schützengarten. Aussi bien la Säntisbier – une lager blonde de caractère – que la Gallus 612 – une Ale (une première de la part d’une grande brasserie) assez intéressante – sont des bières de qualité supérieure à la moyenne.

Pas beaucoup de mauvaises bières dans le lot du mois passé, mais celles qui l’étaient non pas fait dans la dentelle. Tout d’abord la Winterbräu Apfel/Zimt de la brasserie allemande Barther tient plus du jus de pomme à la cannelle qu’autre chose. Ensuite, la St George Beer, une bière éthiopienne brassée par Kombolcha dans la ville du même nom, présente des notes de plastique et de solvant à faire peur même aux plus aguerris des peintres en bâtiments … Mais le pompon à été sans contestation possible la Farmer Sans Alcool, brassée pour Landi par une brasserie allemande indéterminée (il est vrai que quand on goûte au produit, on comprend leur volonté de rester incognito).

Un fait rare lors de ce mois de mai: deux bières se sont fait une place dans mon top ten de “my strongest beers” puisqu’en plus de l’India Ice Bock citée plus haut, j’ai également eu l’occasion de goûter à l’Octo-Pyroclastic Black IPA et ses 24% d’alcool de l’excellente brasserie française Fleurac.

Mise à part la deuxième place helvétique de la Storm&Anchor Nelson, nous retrouvons ce mois-ci des habitués au sommet. La troisième place revient aux norvégiens de Nøgne Ø avec leur superbe (et robust, 10% !) Imperial India Pale Ale alors que la fantastique Festival Smoked Black IPA (un style décidément en vogue) des néerlandais de De Molen s’empare clairement de la première position. Donc si vous ne connaissez pas encore ces bières, je ne peux que vous recommander chaudement de vous précipiter dessus à la prochaine occasion !

cheers !

Advertisements

Le Mondial de la Bière de Strasbourg figurant au programme du mois d’octobre, il n’est pas surprenant que mon nombre de nouvelles bières goûtées ait été un peu plus élevé qu’en moyenne : 81. Bien que n’ayant passé qu’une seule journée au Mondial (le dimanche), j’y ai tout de même dégusté et noté 30 bières. Cela peut paraître (et est probablement) exagéré. Je dois toutefois dire qu’avec mes 24 années passées à noter des bières, je suis capable, dans la grande majorité des cas, d’attribuer mes points (apparence, arôme, goût, arrière-goût, impression générale ; voir aussi http://www.bov.ch/beer/ratings.htm) de manière très rapide, et ceci même après un nombre élevé de bières. Il suffit de faire attention à certains points importants, comme par exemple l’ordre de dégustation, ou alors de reposer quelque peu le palais et de prendre un peu plus de temps si une bière subtile et légère se présente à vous après un monstre sur-houblonné. Le problème se situe plutôt, et de manière naturelle, au niveau de la qualité des notes prises sur les bières en question…

Ces 30 bières dégustées sur place mises à part, j’en ai ramenées 78 autres de mon escapade alsacienne, explosant ainsi mon budget bière … Mais, chut ! Pas un mot à ma femme 😉

Que dire du mois écoulé ?

Tout d’abord que les bières suisses ont tenu, à nouveau, le haut du pavé au niveau du nombre (26), ce qui m’a permis de passer discrètement la barrière des 1’500 bières helvétiques ! L’Italie, grâce au Mondial de Strasbourg, suit avec 18, puis vient l’Allemagne avec 10. Parmi les 13 pays représentés le mois passé, aucun n’est inhabituel et je fini par me faire à l’idée que 2011 sera la première année durant laquelle je n’aurai découvert aucune bière en provenance d’un nouveau pays !

Un coup d’œil plus détaillé sur les bières suisses montre que trois nouvelles brasseries, toutes de qualité fort respectable, ont croisé mon chemin,: les Lausannois de Maupas, la brasserie grisonne Biermanufaktur Maienfeld ainsi que les Zurichois de Benedix Klosterbräu. La déception du mois provient de la brasserie vaudoise Bière Buse, pourtant capable de produire d’excellentes bières, avec sa Frivole, une blanche qui ne tient pas du tout la route. Nulle doute qu’Alexandre fera beaucoup mieux l’été prochain. Si les bières suisses sont absentes de mon podium, le chapitre satisfaction n’est par contre de loin pas vide avec entre autres (sans ordre particulier) : la Pacific Pioneer (un excellent Porter des non moins excellents Sudwerk), la Noiraude (superbe Imperial Stout de la fameuse brasserie l’Enclave), la Smoke Whisky Beer (produite avec ajout de Bowmore) de UHB et la sur-houblonnée Impériale IPA Capitana de Stozi-Bräu.

Quant aux autres pays, la déception est venue de la micro-brasserie italienne de Karma dont les produits présentés au Mondial de Strasbourg étaient fort modestes. Mais il y a eu d’autres flops, tels la Stöttner Neues  Helles, la Birra de zum Schwarzen Adler (brassée pour les magasins Coop en Italie) et surtout l’imbuvable Nobelaner Kesäolut des imprononçables finlandais de Laitilan Wirvoitusjuomatehdas Parmi les joyaux n’ayant pas atteint le podium, je citerai les bières suivantes, toutes dégustées lors du Mondial : la Triple Brune I.P.A. des français de Fleurac, la danoise et vainqueur de la médaille de platine du Mondial (la plus haute  distinction) : la Hornbeer Dryhop, l’italienne Amarcord Riserva Speciale et la Charbonnière des excellents Québécois de Dieu du Ciel.

Venons-en finalement aux 3 premières places où nous retrouvons tout d’abord (3ème) la brasserie Hornbeer avec sa solide (11%) et complexe Imperial Stout : the Fundamental Blackhorn. Le Québec et Dieu du Ciel sont encore à l’honneur en deuxième position avec leur Chaman, une superbe Imperial IPA qui parvient à maintenir un bel équilibre malgré une forte amertume. Et finalement, on trouve une bière dano-belge au sommet : la Mikkeller Texas Ranger, brassée chez De Proef. Cette bière est brassée avec des piments chipotle, une variété fumée et séchée. Je tiens à rassurer tout de suite ceux à qui le mot piment évoque d’horribles souvenirs d’une Chili Beer genre Cave Creek : la Texas Ranger n’a rien à voir avec ça. Le goût épicé, au lieu de partir dans la force brute, rajoute ici une dimension et une complexité supplémentaire à une bière qui n’en manque pas avec, entre autres, des notes chocolatées et une belle amertume.

Je vous rappelle que la liste des mes 200 dernières bières testées se trouve online sur le lien suivant : http://www.bov.ch/cgi-bin/shownewbeers

cheers !