Posts Tagged ‘Herzbräu’

Erzbierschof ou “quand dépenser de l’argent est un plaisir” !

Boosté par le choix incroyable proposé par Erzbierschof ainsi que par mes derniers échanges avec le chasseur de bières suèdois Per Forsgren (un véritable Ibrahimovic de la bière), mon insatiété quasi-permanente a trouvé du répondant lors du mois passé…

Comme souvent en cas de submersion de ma réserve de bières, j’ai axé mes priorités sur les produits avec les dates de péremption les plus modestes. C’est la raison principale pour laquelle le pays le plus représenté cette fois-ci à été la Suède avec 18 bières sur un total de 74. La Suisse – battue une fois n’est pas coutume – suit avec 14 bières devant la Belgique avec 11. Si le nombre de pays différents est resté avec 11 en deçà de la moyenne, il faut noter tout de même des invités inhabituels avec la Namibie et l’Islande. Si la bière du nord – la Gæðingur Stout (ça se prononce comme ça s’écrit…) – était excellente, les deux africaines, la Red et la Bokbeer de la brasserie Camelthorn, m’ont laissé passablement dubitatif. Il y a encore fort à faire !

les deux nouveaux – excellents – rejetons de Jérôme

Aucune nouvelle brasserie suisse a mon actif cette fois-ci, par contre quelques très bonnes bières en provenance de terrains connus. Je citerai dans l’ordre la Breakfast Porter de Storm&Anchor, la √225 Saison de la BFM, l’UG-Köhler d’UG-Bräu, la Nachtschatten de Herzbräu, la Brauwerk Morena, la Starkes Kölsch de Gutknecht’s Hammerbier et l’Ulster IPA de Strättligen. Du bon et du varié ! Mais pas que … En témoignent la Jubiläums-Sud de Herzbräu (infectée ?) et bien sûr la Cardinal Eve Spiced Apple de mes amis de Feldschlösschen.

Puisque nous parlons mauvaises bières, restons-y un instant, car il y en a eu malheureusement pas mal. La palme est revenue à l’ignominieuse Gordon Finest Chrome de la très souvent douteuse pseudo-brasserie pseudo-belge John Martin (ou Anthony Martin ou tout simplement Martin, je ne sais plus vraiment …). Une chose est sûre: le mot “finest” prend avec eux une toute autre dimension …

caution: very bad beer inside !

Je citerai encore l’affreuse Wolferstetter Edel Hell qui n’a d’edel que le nom, les deux bières Ikea (on ne rigole pas !) brassées par les modestes suèdois de Krönleins (Öl Ljus Lager et Öl Mörk Lager) ainsi que la consternante Flensburger Dunkel. Et je ne serais pas complet si j’omettais la déception du mois: j’ai nommé la Kuhnhen Bourbon Barrel Fourth Dementia. Et tant pis si mon opinion en ce qui la concerne va à contre-courant de nombreux avis (y compris celui, fort respectable, de mon excellent confrère et néanmoins ami “Erzbierschof” Toni ;-)): je maintiens que cette bière est à côté de la plaque !

Bon, je me suis assez plaint, passons au positif. Et ce en allant crescendo.

Tout d’abord un petit clin d’oeil à une brasserie trappiste dont les bières ne m’avaient plus enchanté depuis environ 20 ans: Chimay. Et bien ce manquement a été corrigé grâce à leur bière spéciale, produite à l’occasion des 150 années de la brasserie, la Chimay Spéciale Cent Cinquante. Bon, bien sûr, elle ne m’a pas fait rêver durant toute la nuit qui a suivi, mais tout de même, pour quelqu’un comme moi qui est persuadé du changement (négatif) des bières de Chimay depuis le milieu des années nonantes, cette nouvelle création ne peut être que réjouissante.

Avant de parler du top 3, voici encore quelques superbes bières qui étaient et sont encore pour la plupart disponibles, non pas chez l’épicier du coin, mais bien sûr chez Erzbierschof (et non: je ne reçois pas 100 francs chaque fois que j’écris le nom du meilleur magasin de bières et meilleur bar de Suisse …):

La troisième place du mois revient à une vieille connaissance belge, tout comme Chimay, mais qui elle ne m’a jamais déçu avec sa bière phare. Même les Belges prennent lentement l’habitude de mettre du houblon dans leurs bières et le résultat ici – la Duvel Tripel Hop 2012 Citra , qui garde les caractéristiques principales d’une “Belgian Strong Ale” – est à mon avis une superbe réussite.

La Mikkeller Spontanframboos est une véritable merveille. Brassée – comme la majorité des créations de Mikkeller – par les belges de DeProef – ce lambic allie une franche et séduisante aigreur à une certaine complexité. A ne manquer sous aucun prétexte si vous la croisez !

Finalement, la victoire du mois revient aux inévitables écossais de BrewDog avec leur Tokyo Rising Sun. Cette Imperial Stout robuste (13.2%) et complexe a été vieillie pendant 4 ans dans des fûts de whisky des Highland (il existe aussi une version Lowland).  Une bière à savourer lentement au coin du feu …

cheers !

Advertisements

Si le nombre de bières que j’ai dégustées le mois passé – 56 – n’a rien d’inhabituel, c’est par contre le fait qu’elles provenaient de seulement 8 pays différents qui est notable. La raison en est assez simple puisque je me suis concentré sur les bières reçues de mes deux traders principaux (non, on ne parle pas ici de finance, heureusement !) : le suédois Per Forsgren et les « twin-tickers » suisses Philipp Sigg et Thomas Schneider.

J’échange des bières avec Per depuis si longtemps que je ne me souviens plus quand cela a commencé (1999 ?). C’était en tous les cas avant le commencement de ratebeer en mai 2000. Per, tout comme moi, a sa propre page internet, sur laquelle il publie, dans le cadre d’un club (Ohhh… My Head…), les bières qu’il a bues. Et ceci depuis juin 1995, ce qui fait tout de même une éternité à l’échelle du world wide web. Per a été longtemps le numéro 1 des chasseurs de bières « en ligne » et a atteint le plateau mythique des 10’000 bières en mai 2007, devenant très probablement le premier non-Anglais à y parvenir. Il culmine aujourd’hui à plus de 15’000 bières et, même s’il s’est fait dépasser par la horde danoise, il reste le leader incontesté sur le nombre de bières en provenance de pays différents (194 !). Ce sont, bon an, mal an, 2 à 3 paquets que nous échangeons depuis plus de douze ans et c’est évidemment grâce à lui que je peux présenter une couverture plus que correcte de la Suède avec 252 bières testées à ce jour.

Or donc, le mois de septembre a été à nouveau dominé par l’omniprésence de nouvelles bières suisses (24), mais a été aussi marqué par un grand nombre de bières du nord de l’Europe : Danemark (9), Suède (8) et Norvège (2). Parmi ces 3 pays, à noter avant tout deux excellentes Mikkeller que l’on retrouve sur le podium du mois (j’y reviendrai). Mais aussi quelques fameuses Eskilstuna (dont l’Artos Moderna Lager), la Sigtuna Summer IPA, l’Amager Rye King et la Hesjeøl de l’excellente brasserie norvégienne Haandbryggeriet.

24 nouvelles bières suisses donc, avec parmi celles-ci pas moins de 7 nouvelles brasseries. Nous trouvons d’abord et au-dessus du lot, la brasserie thurgovienne de Mausacker (je n’en attendais pas moins d’un excellent brasseur comme Beat Rohner), puis, toujours au-dessus de la moyenne la bernoise Mordicus et la valaisanne Bartis ; un peu plus loin et toujours dans le fort correct, les argoviens de Schoggi (je me suis laissé dire que le brasseur ressemble exactement au logo) et les bâlois de Zöbi ; puis dans la catégorie « passable », les genevois de Père Jakob et pour terminer dans la catégorie « il-y-a-encore-du-boulot », le brewpub schwytzois de Horseshoe.

Quoi d’autre en Suisse ? Et bien, j’ai pu constater l’inaltérable manque d’idées et de culot de brasseries telles Baar (1862 et Grill Mandli) et Felsenau (Amber, même si cette bière est fort bien faite), contrastant avec la créativité d’Haldemann (Darach Mòr 10 et 35), Herzbräu (Spezial Sud 777) et Trois Dames (Stout Menthe). Je vous laisse deviner lesquelles sont des micro-brasseries récentes et lesquelles sont plus que centenaires, ainsi que d’en tirer des conclusions …

Concernant les flops du mois, une mention spéciale va à l’Allemagne pour des bières plus que douteuses, telle la Carl Theodor Lager, la Ganter Spezial Export et les Kloster Scheyern Dunkel et Hell.

Dans le haut du tableau, on trouve, de manière réjouissante, beaucoup de monde et je n’en citerai que quelques-unes, sans revenir sur les bières déjà mentionnées. Tout d’abord deux autres créations des danois d’Amager, l’Imperial Brown Ale et la Sundby Stout, puis les inévitables Cigar City avec la Maduro Oatmeal Brown Ale ainsi que Jai Alai IPA qui prend la 2ème place du podium du mois. Et finalement, j’en parlais plus haut, le tir groupé des danois de Mikkeller aux 3ème respectivement 1ère places. Bon, danois, plus ou moins : en fait Mikkeller est le champion du monde des brassages chez d’autres brasseurs, tels Amager, Brewdog, De Molen, De Proef, Fanø, Gourmetbryggeriet, Jennings, Nøgne Ø et Ørbæk. La Mikkeller Black (Whisky Edition) est une Imperial Stout vieillie durant 3 mois en fûts à whisky et titrant bravement à 17,5%. Elle est brassée en Belgique chez De Proef. Alors oui, elle n’est ni subtile, ni légère, mais bon sang qu’elle est complexe ! Et le vainqueur du mois est également produite chez De Proef. La Mikkeller Stella 1 (étiquetée plus précisément « Festival Special Edition 2010 ») est un Imperial Porter titrant 8.4% d’alcool. Elle a été brassée spécialement pour le Københavns Ølfestival 2010 et est limitée à 1’170 bouteilles. Mis à part son format Magnum (hyper chiant à transporter et à stocker …), cette bière est un pur plaisir. Les notes de malts chocolatés se marient parfaitement à une quantité déraisonnable (mais tellement jouissive) de houblons. Extrêmement complexe, on y trouve des notes de café, de noix, de résine, de bois et de réglisse. En résumé : c’est si bon qu’on en vient à regretter qu’il n’y en a qu’un litre et demi …