Posts Tagged ‘Mont Salève’

Yes, it’s time again ! Time to look over my shoulder and tell you how my past year looked like.

But before, I still owe you my report of November and December. Yes, I know I’m late but I have been quite busy … and lazy. The latter a bit more than the former ..

Both months have been pretty generous ones, particularly December, boosted by the festival in Chur. It resulted in a very high number of new Swiss breweries tasted: 16. Here are they (alphabetically sorted; you’ll have to wait a bit for my biased evaluation ;-)): Basiliske Bier, biergarage.ch, BRAUBAR, Braubude Basel, Brygger Øl, Büchler zu Mägenwil, Brasserie des Coudres, Drei Tannen, Full Measure, la Gerboise, HERMANN Bier, Seegal-Bräu, Stadtbier Chur, St. Johann, Thurtalbräu and Welteneis.

my beer number 10'000

my beer number 10’000

One beer among the ones from these breweries even made it to my monthly top 3, i.e. the amazing Sorachi Berliner Weisse from Full Measure (Bern), ranking number 1 in December equally with the Black Tokyo Horizon, a BrewDog/Nøgne Ø/Mikkeller collaboration and btw my beer number 10’000. November has been even better for Switzerland with the 523 Adriano’s Brown 3 Of A Kind ABA Edition Hops (third) and the Blackwell Hop Suicide! (first). More details about the beers I have tasted in November and December or about the Beer of the Month rankings are here and here to be found.

But now it’s time to widen the scope and to have a look at the whole past year.

St. Vincent & the Grenadines: one of the 4 new countries in 2014

St. Vincent & the Grenadines: one of the 4 new countries in 2014

It had to come once: 2014 has been the first year since 2005 during which I have not sampled more new beers as the year before. Looks like I have reached my appropriate cruising speed now. In a total of 970 new beers tasted (from 40 different countries), Switzerland is of course accounting for a big part of them with 470. The next most represented countries are far behind: the USA (81), Belgium (62), Germany (42) and France (39). Worth notice is a pleasant number of new countries discovered: Mozambique, St. Vincent & the Grenadines, Zambia and Aruba. But this enjoyable “Magellan-task” is getting harder and harder every year, especially for a guy 4th on the “most countries rated” ranking of Ratebeer.

My favorite country has been the USA quite clearly ahead of Scotland, Switzerland, Belgium and the Netherlands.

The alcohol average of all beers tasted stayed pretty much the same with 6.4% (was 6.5% in 2013) and we can find almost the same usual suspects as last time on the top of the alcohol average scale: the Netherlands (9.7%), New Zealand (9.4%) and Norway (8.6%). Regarding Switzerland this average rose significantly from 5.8% to 6.1%.

I got beers from 409 different breweries (4 fewer than last year) and the most represented have been BrewDog (31), De Proef (30), Brasserie des 5 Quatre Mille (17), Storm&Anchor (16) and De Molen (15).

After ranking third in 2012, then second in 2013, Storm&Anchor finally did it and reached the first place as my favorite brewery of 2014 ! Here is how the top ten looks like with no fewer than 6 Swiss breweries present!:

Brewery of the Year !

Brewery of the Year !

1. Storm&Anchor
2. 523
3. De Molen
4. Brasserie des 5 Quatre Mille
5. BFM
6. BrewDog
7. Burg Braui
8. Blackwell
9. Mont Salève
10.Hoppin’ Frog

For the fourth consecutive year now the most represented style has been IPA again (81 beers). “Spice/Herb/Vegetable” follows with 60, then American Pale Ale (46), Imperial Stout (43) and Fruit beers and Imperial IPA with 37 each. On the other end 2 styles (on a total of 68) remain without ambassador for 2014: German Kristalweizen and Czech Pilsner (Svetlý). So if any brewer reading this would like to give it a try … (though, thinking about it: do I really want to drink a Kristalweizen ?)

This leads us to my favorite styles in 2014. No surprises here: Imperial Stout still excites me the most and is clearly ahead of the pack. If the second place of Black IPA is no revolution either, I was not awaiting Saison to make it to the third rank. Then follow Imperial IPA and Sour Ale. At the bottom and still failing to please me, we can find Low Alcohol (i.e. beer equal or less than 2.5% alcohol), Pale Lager and clearly on last position, “Radler/Shandy”. What a surprise …

Let’s now have a closer look to Switzerland.
During the last 12 months, an amazing number of 88 new breweries have started what constitutes a clear new record (at least since the last 130 years). It’s an evidence that there is no way for someone to keep a complete overview and I consider my personal discovery of 44 new breweries as a very respectable performance. As always, I have classified those new breweries but for the first time I have used my new calculation method which takes into account different factors and is computed as follows: (n / (n+m)) * R + (m / (n+m)) * C
where
C = the midpoint of my scale (11)
R = rating average of the brewery
n = number of beers tasted from this brewery
m = the minimum of beers required to enter the list (3 for the moment)
Based on this, my top 3 new breweries in 2014 is looking like this:

Best new Swiss brewery in 2014 (of course ...)

Best new brewery in 2014 (of course …)

1. 523
2. Burg Braui
3. Birreria Pacific

My congratulations to these artists !

I would like to close the chapter of the best breweries of 2014 with my top ten from Switzerland (6 of them already appeared above by the international top ten):
1. Storm&Anchor
2. 523
3. Brasserie des 5 Quatre Mille
4. BFM
5. Burg Braui
6. Blackwell
7. Old School
8. Birreria Pacific
9. Barbière
10.Full Measure

Frankly, if some of them are unknown to you, you have to close this gap as soon as possible !

Finally, here are the top ten Swiss beers of 2014:

Tied for first place in the category "best Swiss beers"

Tied for first place in the category “best Swiss beers”

1. BFM Procrastinator 2
1. Blackwell Vanilla Polunocnica Sweet Imperial Stout
1. Blackwell Hop Suicide!
4. BFM Abbaye de Saint Bon-Chien Grand Cru 2012 (Merlot Cabernet Sauvignon)
5. Full Measure Sorachi Berliner Weisse
6. Burg Braui Rosmarinus
6. 5 Quatre Mille Bière de Zinal Imperial Milk Stout Crème Brûlée
8. 523 American Ninja
8. 5 Quatre Mille Bière de Zinal Imperial Red Fruits
10.Storm&Anchor Citra Saison

And the top ten (OK, eleven…) of 2014 worldwide:

Best beer in 2014

Best beer in 2014

1. Russian River Shadow of a Doubt
2. BFM Procrastinator 2
2. BrewDog Black Eyed King Imp
2. Blackwell Vanilla Polunocnica Sweet Imperial Stout
2. Blackwell Hop Suicide!
6. Mont Salève Nouveaux Mondes
6. Marshall Wharf Cant Dog
8. Companyia Cervesera del Montseny Nomada Moose Islay
8. BrewDog Cocoa Psycho
10.Against the Grain the Green Dragon
10.BFM Abbaye de Saint Bon-Chien Grand Cru 2012 (Merlot Cabernet Sauvignon)

This yearly review would not be complete without taking a look to the origins of the beers I have sampled. “How can you find that many new beers every time?” is a question some unexperienced beer aficionados keep asking me all the time. Once again: nowadays this is easy, freaking easy … Here is from where I got my 970 new beers in 2014:

origins_2014

Once again and despite being clearly less important than the year before, my main source is the amazing Erzbierschof bar. An urban legend even says that a barkeeper bought a new car thanks to my tips … I got fewer beers from festivals (17% in 2013) and from trades (18%) too. On the other side, beers I got from friends (11% in 2013) and from the brewers (9%) have massively increased and are now together accounting for one third of all my beers ! Believe me: it’s a fact I really appreciate … Many thanks to all and a special mention to the kings of the respective categories: Anton Flükiger, Julien Brändli, Antonio Rey, Apothibières, Philipp Sigg and Thomas Schneider. And please be assured I have not forgotten all the others !

cheers !

Advertisements

IMG_3160[1]

Balashi, une bière d’Aruba.

Avec 155 nouvelles bières lors des deux derniers mois, 2014 continue d’être une année riche et passionnante avec en ligne de mire une forte probabilité de franchir la barrière mythique des 10’000 bières lors du mois de décembre encore. Quand je pense qu’il y a une quinzaine d’années c’était le chiffre que je m’étais fixé pour la fin de ma “carrière” ! Mais c’était avant la révolution de la bière artisanale et le foisonnement hallucinant de brasseries et de bières de tous horizons, à une époque où découvrir 300 bières en une année était un exploit probablement plus difficile que d’en goûter 1000 actuellement. Il semblerait donc qu’il soit temps de me fixer un nouvel objectif … Disons donc: rester en santé et les 30’000 bières arriveront automatiquement 😉

Domination habituelle de la Suisse au niveau comptable avec 45 nouvelles bières, loin devant les USA et l’Italie avec 16 chacun. Aruba devient mon pays numéro 161 grâce à la modeste Balashi. A noter que le décompte des pays n’est pas aussi évident qu’il n’y paraît et ceux que ça intéressent peuvent jeter un coup d’œil sur ma page en dessous de “definition” afin d’en apprendre un peu plus. Dans le thème pays rares, le Costa Rica s’en sort plutôt bien avec la Libertas Tropical Golden Ale, contrairement à St Vincent et son imbuvable Wadadli Antigua Lager (oui, brassée sous licence pour l’Antigua Brewery) et au décevant Portugal où l’intérêt grandissant ne paye pas (encore) dans les bouteilles, j’en veux pour preuve des bières telles Morgan & Jacobs Export Stout ou Faustino Maldita Robust Porter.

la diversité existe au Portugal, la qualité ne devrait pas tarder ...

la diversité existe au Portugal, la qualité ne devrait pas tarder …

Alors que durant ces deux mois j’ai pu découvrir des bières de 4 nouvelles brasseries helvétiques, ce ne sont pas moins de 11 autres qui se sont inscrites à l’Administration Fédérale des Douanes. Alors que mon objectif est de couvrir un maximum de brasseries du pays, j’ai plutôt actuellement l’impression de perdre pied … Or donc, 4 disais-je et pour le moins différentes ! Si la Nébuleuse n’a aucunement déçu la grande attente que j’avais à leur sujet (avec des bières telles la Stirling ou l’Embuscade), les Bernois de Bierwerk Sulgenau ont frappé fort dans l’autre sens et leur Helles Bier décroche la médaille d’or de la pire bière des deux derniers mois. Ils brûlent ainsi la politesse de justesse à l’abjecte Cathédrale des Valaisans de 7Peaks dont l’autre bière – bonne celle-ci, Dent Jaune – me fait penser qu’il s’agit là d’une erreur de parcours de la part d’une brasserie capable de mieux faire. A suivre, donc. Et finalement les Tessinois de San Rocco, catégoriquement orientés style belge et cela de plutôt belle manière avec entre-autres l’excellente Bira Scüra.

IMG_3184[1]Voici maintenant une petite vue d’ensemble des autres bières helvétiques dégustées lors des deux derniers mois:

Vous avez remarqué ? De deux choses l’une: ou le niveau des brasseries suisses devient vraiment bon ou alors je deviens vieux et perd de mon sens critique … Je vous conseille donc de les boire toutes également et de vous faire votre avis. Pour rappel, la liste complète se trouve ici.

IMG_3183[1]Même si les bières suisses ont fait très fort lors des deux derniers mois, en plaçant notamment plusieurs représentantes sur les podiums, leurs consœurs étrangères n’ont pas été en reste. J’en citerai quelques unes avec tout d’abord l’Italie et l’excellente Zest de la merveilleuse brasserie Extraomnes, la France avec l’incontournable Mont Salève et sa Black Indians, la Belgique des légendaires Cantillon avec la Zwanze 2014, les Néerlandais de De Molen avec Hel & Verdoemenis (Octomore) – bière du mois de septembre – et finalement les incomparables Écossais de BrewDog avec IPA is Dead Kohatu et surtout la Black Eyed King Imp, une Imperial Stout robuste (11.8%) et hautement complexe qui partage la 1ère place du mois d’octobre avec Blackwell. N’est-ce pas un merveilleux duo ?

cheers !

Mosi Lager aus Sambia

Mosi Lager aus Sambia

Ferien und Pensionierung haben etwas gemeinsam: wenn man sie hat, hat man echt dann keine Zeit mehr zur Verfügung … Nein, pensioniert bin ich bei Weitem nicht, geniesse aber gerade die letzte von meinen 5 Wochen Ferien. Gut, das war meine miese Entschuldigung, um meinen letzten monatlichen Artikel weggelassen zu haben. Dafür habt ihr jetzt aber 2 Monaten zusammen fur den gleichen Preis.

Ich war während Juni und Juli – mit 78 respektiv 63 neuen Bieren – anständig aktiv. Die Schweiz war erneut mit 35 Bieren die am meisten repräsentierte Nation, gefolgt durch Schottland (15, BrewDog lässt grüssen) und Belgien (13).  Aus Ländern, die selten zu begegnen sind, war vor allem Portugal interessant. Biere wie Sant’Ana LX Rye oder Mean Sardine Amura zeigen, dass ebenfalls dort eine positive Bewegung stattfindet. Der Höhepunkt im geographischen Thema war aber ganz klar ein neues Land mit Sambia und das Mosi Lager. Ein grausiges Bier nebenbei gesagt …

Neue Schweizer Brauereien konnte ich 3 entdecken. Von den Jurassiern von Blanche Pierre konnte ich nur eine Sorte – Cuivrée, ein leicht

Schmitte Bier Wagerad von Brauwerkstatt Jegenstorf

Schmitte Bier Wagerad von Brauwerkstatt Jegenstorf

überdurchschnittliches Bier  – verkosten. Unüblicherweise brauen sie vor allem für ein Restaurant und füllen wenig in Flaschen ab. Die Thurgauer von Riethof haben noch zu tun: während das Dunkel noch ok war, kann das Hell kaum getrunken werden. Noch extremer polarisiert wurde es bei den Wallisern von la Mule: einerseits ein sehr gutes 1798 und andererseits ein unkontrolliertes und schlechtes Ò Rünò.

Hier eine kleine Übersicht von den anderen Schweizer Bieren der letzten 2 Monaten:

IMG_3024Schlechte Biere gab es schon einige, vermutlich mehr als üblicherweise. Abgesehen von dem Letztgeborenen Bastard der Cardinal Eve Serie (gerade vorher erwähnt), sowie einigen anderen ominösen Radler wie Desperados Verde, Landi Farmer Panaché Lemon und Du Bocq Red Bocq, das schlechteste war Presidente Light aus der Dominikanischen Republik.

Wie immer aber, waren die guten Biere eindeutig zahlreicher und wie immer kann ich sie nicht alle durchgehen. Falls Interesse besteht, wisst ihr aber dass jederzeit meine letzten 500 getestete Biere hier anzusehen sind. Hier einige Höhepunkte:

IMG_2732Der Juni-Sieger habe ich schon früher erwähnt: es handelt sich um das Tripple Imperial Rye von Hugo “Hammer” Gutknecht. Ein beeindruckes, komplexes und sehr starkes Bier (16.8% !), das sich für ein Trappist Quadrupel ausgeben könnte.

Der Juli-Sieger – und bestes Bier der letzten 2 Monaten – kommt aus den Niederlanden und aus einer Kollaboration zwischen 2 genialen Brauereien: De Molen und Närke (Schweden). Hoch komplex und ebenfalls stark (11.1%), man könnte dieses Bier während 2 Stunden verkosten und immer wieder zusätzliche Charaktermerkmale entdecken. Die ziemlich hoche Süsse wird verblüffend durch eine späte Salzigkeit ausgewogen. Es handelt sich um das Goths & Vandals.

cheers !

arabierNicht ganz im Schlafmodus, aber ähnlich ruhig wie im Dezember verlief der erste Monat von 2014: „nur“ 57 verschiedenen Biere aus 15 Ländern fanden den Weg zu meinen Geschmacksknospen.
Einen Grund dafür war teilweise mein Entscheid, einige (9) alte belgische Klassiker erneut zu prüfen, bei deren meine Notizen älter als 10 Jahren waren. Während den ersten 15 Jahren meines Bier-Hobbys war ich fest überzeugt, dass Belgien diskussionslos die besten Biere der Welt produzierte. Diese Meinung – die natürlich durch viele andere Personen geteilt wurde – war bei weitem nicht unberechtigt: einerseits waren die Kreativität und die Vielfalt der belgischen Brauern enorm und andererseits war die heutige Bierrevolution noch am Anfang und hatte die Schweiz noch nicht erreicht. Jetzt sehe ich das anders und Belgien liegt zurzeit hinter Schottland, die USA, Norwegen und Dänemark nur noch an Platz 5 in meiner Rangliste. Hier haben 2 Faktoren eine Rolle gespielt: Belgien war sehr lange überzeugt – wie Deutschland – die beste Bier Nation zu sein und blickte deswegen sehr lang herablassend auf die Craft-Beer-Revolution, was ihren heutigen Rückstand daraus resultiert. Und natürlich hat sich mein Geschmack während 26 Jahren leicht geändert und ich bekunde zum Beispiel heutzutage ab und zu Mühe mit Bieren, die viele Restsüsse zeigen – ein Merkmal von vielen belgischen Bieren.
aubrigWas ergab sich also aus den erneuten Verkostungen von diesen belgischen Klassikern ? Zuerst sicher eine Bestätigung über was ich gerade geschrieben habe: das Problem mit der Restsüsse. Hier haben vor allem das Tripel Karmeliet und das Delirium Tremens gelitten und obwohl meine Bewertungen für diese Biere gut bis korrekt bleiben, liegen sie jetzt viel tiefer als damals. Ähnlich aber nicht so stark mussten Biere wie La Chouffe, Duvel (bei diesem war ich erstaunt) und Kwak Rating-Punkte ebenfalls zurückgeben. Bei den beiden CantillonRosé de Gambrinus und Kriek – blieb es (und dies 13 Jahre später) haargenau gleich (gut). Einzig konnte sich das Arabier von De Dolle verbessern und sogar klar. Es ist vermutlich kein Zufall, dass es sich bei diesem Panel um das bitterste Bier handelte …
Es ist jetzt mal Zeit, über die neuen Biere zu plaudern. Die Schweiz konnte ihren ersten Platz bei der Anzahl von Bieren zurückerobern (22), klar vor die USA (10) und Frankreich (4). Neue Schweizer Brauereien hat es 2 gegeben: während ich noch mit meiner Meinung über Gili Bräu (Münsingen) warten will, kann ich jetzt schon sagen, dass die Brauerei Innerthal (Kanton Schwyz) mit ihren Aubrig Bieren sehr gute Produkte präsentiert ! Hier mal eine kleine Zusammenfassung der anderen Bieren aus der Schweiz:

  • das Pale Ale von Brasserie des Condémines bestätigt leider die arme Qualität dieser Brauerei;
    IMG_2310[1]

    La Charnière (Brauerei l’Éphémère)

  • das Baselbierter Hell – ein Bier, das durch Lägerebräu gebraut wird – bekommt von mir eine durchschnittliche Note für Ihre Qualität und eine sehr schlechte für die Tatsache, dass der Produzent nicht deklariert ist (böse Buben !);

Schlechte – sogar sehr schlechte – Biere gab es einige. Besonders beteiligt hier war die “schweizerische” Brauerei Feldschlösschen mit ihren grausamen Alkoholfrei und Cardinal Eve Spiced Mandarin. So übel aber diese beiden Biere waren, hatten sie keine Chancen gegen das unglaubliche Super Bock Tango von Unicer (Portugal). Ganz ehrlich: wie kann man so was brauen ??

Zum Glück gab es – wie immer – bei weitem viel mehr gute Produkte als schlechte. Hier eine nicht erschöpfende Liste von den besten Bieren, die ich im Januar verkostet konnte:

Dies bringt uns zum Podium, zwar nicht ein olympisches aber trotzdem ein sehr schönes und auf jeden Fall garantiert “nicht korrupt” 😉

An dritter Stelle rangiert schon wieder ein amerikanisches Bier mit dem Evil Twin Lil’B (ein generöses Imperial Porter mit 11.5% Alkohol) von La_Brasserie_du_Mont_Saleveder in diesem Monat omnipräsenten Brauerei Two Roads. Zweiter wird eine von mir altbekannte und sehr geliebte belgische Brauerei, nämlich Rodenbach mit ihrem exzellenten Caractère Rouge, ein komplexes fruchtiges Sour Ale.

Und der eindeutige Sieger im Januar kommt aus der wunderbaren französischen Brauerei Mont Salève: das Nouveaux Mondes ist ein sehr aromatisches und endvergorenes Imperial IPA, das mit 8 Volumenprozenten und trotz (oder dank ?) einer sehr ausgeprägten Bitterkeit gefährlich trinkbar ist.

cheers !

IMG_1657[1]Ce début d’année continue à un rythme effréné puisque ce ne sont pas moins de 75 bières (une de plus que le mois précédent) qui m’ont accompagné lors du mois de mars. La particularité a été le nombre franchement impressionnant de bières suisses épinglées à mon tableau de chasse: 52 ! Quand je pense qu’il y a toujours des gens pour me dire “tu dois avoir de la peine de trouver des nouvelles bières: tu les as toutes bues!“. La preuve que non … Il suffit de chercher, contacter, se déplacer … et avoir aussi de nombreuses et excellentes relations. Une chose est sûre: la diversité et la qualité des bières suisses sont une réalité, mais ce qui est certain également, c’est que ces bières ne vont pas vous tomber dessus par hasard: il faut les rechercher ! Et ne me demandez pas comment, car cela me vexerait de constater que vous ne connaissez pas encore mon guide des brasseries suisses 😦

Le nombre écrasant de bières de mon pays a relégué les autres nations – tout du moins en ce qui concerne la quantité – au niveau de simple anecdote. Huit autres pays ont tenté de pointer le bout de leur nez, dont la France et les États-Unis avec 6 et respectivement 5 bières.

Regardons maintenant la Suisse d’un peu plus près. Il y a tout d’abord la présence de 5 nouvelles brasseries que je vais aborder dans un ordre de préférence croissant.

IMG_1647[1]Les Soleurois de Brummbacher présentent des produits de styles presque exclusivement germaniques. Trois bières moyennes voire même un peu au-dessus, mais qui sont accompagnées de deux blanches (la Weizen Classic et la Weizen Dunkel) dont la qualité douteuse pèse sur le tableau d’ensemble.

Difficile d’émettre un avis sur la seule bière des Schwyzois de Turpä Bräu, un produit non sans intérêt et pourvu de certaines qualités. J’ai eu toutefois un peu de peine de me convaincre que le résultat était du à une maitrise brassicole plutôt qu’à un certain hasard …

Il me faudra également plus de temps pour me prononcer plus clairement sur les Bâlois de Gleis 1 Bier. J’ai pu déguster leur Schwarzbier  – bonne mais sans plus – ainsi que leur Indian Pale Ale, pas vraiment géniale.

Avec les Bernois de Mein Teil – une brasserie dont l’accès à lui seul mériterait un article séparé … – on monte d’un cran. Trois bières fort bien maitrisées et de caractère plaisant avec, en tête de liste, la Z’Blondä. L’inquiétude du brasseur quant à mon verdict n’était de loin pas justifiée 😉

Et finalement, on monte à nouveau dans la qualité avec la découverte suisse du mois: les Bernois de Burg-Bier. Quatre bières de style exclusivement germaniques (qui a dit que je n’aimais pas ça ?) avec en haut de l’affiche la Heller Bock et surtout l’excellente Dunkels. Bravo messieurs !

IMG_1652[1]Quant au sujet des nombreuses autres bières suisses du mois passé, il y a beaucoup de choses à dire …

Tout d’abord que, comme d’habitude, la qualité est fort variable. Deux (grosses) déceptions à noter de la part de brasseries capables de beaucoup mieux: Mein Emmental et Zwergenbräu. Tandis que les premiers nommés semblent frappé de plein fouet par un problème technique (présence de nitrates dans l’eau ?) qui ruine impitoyablement la fin de bouche de leurs produits, les seconds ont déçu avec leurs modestes Waldsaft (bière au miel) et Schprisse (IPA) avant toutefois de se reprendre brillamment avec une excellente Stout (Schtrunk).

Une autre brasserie habituée à alterner le chaud et le froid, c’est Old School (Faulensee). Les 6 bières que j’ai bues le mois passé ont parfaitement confirmé cet état de fait. Les excellentes IPA et Dubbel ont été tempérées par les modestes Revolution et 1388. Une chose est sûre: le potentiel est présent.

IMG_1656[1]Et pour clore (ou presque) le chapitre helvétique, quoi de mieux que de citer 5 brasseries confirmant parfaitement leurs excellentes qualités ? Stozi-Bräu avec son Porter; Bières de Neuch et son Exceptionn’elles; la brasserie du Chauve et son intéressante Fondjà; Gutknecht’s Hammer-Bier et sa Mandarina Lager ainsi que Strättligen Bier avec 7 bières dont notamment l’excellente Guntelsey (une pilsner de style tchèque).

Étant donné le nombre de bières suisses, il était presque inévitable d’en retrouver une sur le podium des cancres du mois. Ce triste honneur revient à la brasserie Rosengarten avec leur tentative – louable mais au final pitoyable – de produire un Bock nommé modestement Schwyzer Bock. Le résultat, constitué de notes chaotiques de céréales, d’alcool et de carton, doit bien faire rire les brasseurs allemands qui tomberaient dessus par un malencontreux  hasard. Heureusement toutefois, cette bière a du s’incliner face à un autre candidat – il est vrai difficile à battre – la Vaquero de la brasserie française Saverne, une des championnes du monde en matière de produits imbuvables. Ahhh, moi, la bière à la tequila, y a qu’ça d’vrai ! 😉

Mayan-Judgment-Day-FrontAu chapitre du très bon, mais ayant manqué le podium, on peut citer trois pays. Tout d’abord la France avec la Paradis Alphonse Brown de la magicienne Marjorie Jacobi. Puis les Pays-Bas avec – ohhhh surprise – deux solides bières des incontournables De Molen, la Bar & Boos (une Imperial Stout) et la Rhythm & Blues (un Barley Wine), toutes deux planant à plus de 10% d’alcool. Et enfin les USA avec la Mikkeller Invasion Farmhouse IPA de la brasserie Anchorage ainsi que la Judgment Day Mayan Apocalypse de Port Brewing.

Nous voici parvenu devant les dernières marches avec en troisième position la somptueuse Tessiner Maronni Honig Bock Bier de Gutknecht’s Hammer-Bier. Une bière dont le nom à l’avantage de pratiquement tout dire à son sujet … En deuxième position, on retrouve Mikkeller, mais cette fois-ci à domicile puisque c’est chez Amager qu’il a fait produire son excellent et solide Porter (8%). Et pour terminer, la victoire revient –  et assez nettement – à la meilleure brasserie française (une déclaration qui n’engage que moi): j’ai nommé la brasserie du Mont Salève et sa Tzarine, une Imperial Stout d’une rare complexité. D’ailleurs, cette brasserie sera présente à Crissier le 31 mai lors de la 3ème édition du Festival des brasseries régionales organisé par Au Grain d’Orge. N’hésitez pas à y faire un saut !

cheers !

Si je me sens vieux aujourd’hui, ce n’est pas seulement parce que je viens de fêter mon anniversaire.  Non, c’est plutôt parce que je mesure toute la distance parcourue ainsi que l’énorme changement qui est arrivé au monde de la bière.

En fait, j’ai énormément de chance que ma passion ait débuté pendant une période de vaches maigres (1987), à une époque où l’on se réjouissait de trouver une Leffe, une Gauloise ou une Guinness. Repenser à cette époque est salutaire, puisque cela permet d’apprécier à sa juste valeur l’incroyable diversité actuelle. Une attitude qui doit être bien difficile pour un “beer geek” pas-encore-sec-derrière-les-oreilles, voyageant d’une Imperial Stout à une Rauchbier en passant par une Sour Ale et autre Double IPA, sans réaliser la chance qu’il a.

C’est avec ces pensées en tête que je considère le bilan du mois de mars et la qualité franchement élevée de la grande majorité des 58 nouvelles bières qui m’ont accompagné. Ce n’est pas demain la veille que je risque d’être blasé par les merveilles que je verse dans mon verre !

58 bières donc, un chiffre correspondant bien à mon rythme de croisière, mais largement insuffisant pour faire baisser le stock de ma réserve. Au contraire: avec plus de 80 nouvelles bières récoltées le mois passé, ma cave menace de déborder …

Il devient répétitif de signaler que la Suisse – avec 14 – prend à nouveau la tête au nombre de bières représentées. Suivent la France (8, merci Laurent !) et la Suède (7, merci Per !). Sur les 15 différents pays du mois passé, seule l’Espagne est relativement inhabituelle. Et quand je dis Espagne, ce n’est vrai qu’à moitié, puisque cette bière à été produite à la brasserie basque de Naparbier à Pampelune, en collaboration avec les champions du “client brewing”, les danois d’Evil Twin. Le résultat, soit dit en passant, est une excellente American Pale Ale, une denrée encore fort rare au Royaume d’Espagne.

Revenons sur la Suède et la France qui, en plus de leur présence en nombre, ont fait très fort au niveau qualité !

Chez les Suèdois, ce sont avant tout la Drakens DIPA de Oppigårds ainsi que la Fimbulvinter des toujours excellents Närke qui m’ont le plus convaincu. Mais il ne faudrait pas oublier la S:t Eriks Vårlager, brassée sous contrat chez Slottskällans, ou la Oppigårds Spring Ale 2011.

Et les Français ! Ceux d’entre vous qui, lorsqu’on parle de bière, associent encore la France avec Kronenbourg ou autre Meteor ont probablement le cerveau obturé par des drêches … Et oui, ça bouge et plutôt bien chez nos voisins ! J’en veux pour preuve (entre autres) les excellentes microbrasseries à l’origine du Front Hexagonal de Libièration, ce dernier étant, je cite: “une initiative contre la relative torpeur et le cynisme qui touche le monde brassicole français“. Mais ces fervents partisans du houblon (y en a, mais pas que !) que sont Matten, la Franche, l’Agrivoise, le Paradis, Fleurac, Pleine Lune et Garrigues ne sont pas les seuls à symboliser le renouveau français, en témoigne par exemple la géniale brasserie du Mont Salève à la frontière suisse (dommage pour nous, il manquait peu …). J’ai pu, grâce à Laurent Mousson, déguster 4 nouvelles bières, cette fois encore très convaincantes, de cette étonnante brasserie. La Tourbée, une bière fumée, devançant de peu la Special Bitter et la Sorachi Ace Bitter (stupéfiante de goûts et d’arômes à seulement 2,5% !) dans mes notes. D’autres merveilles encore avec la brasserie de la Pleine Lune et ses “Il était lune fois”, des variations single hop que j’ai pu goûter en Nelson Sauvin (la grande classe !) et Cascade. Et je reviendrai un peu plus tard sur la meilleure bière française du mois, puisqu’elle a atteint le podium.

Les bières suisses du mois passé ont été peut-être globalement un peu moins fringantes qu’à l’accoutumée. La faute en incombe principalement à deux bières qui pointent en fond de classement. Si la qualité, disons modérée, de la Celsius Mécabricot de la brasserie artisanale d’Ayent n’est pas vraiment une surprise, celle encore plus modeste de la Stiär Biär äs Dunkels est par contre fortement décevante de la part d’une brasserie habituée à beaucoup mieux faire.

J’ai pu découvrir deux nouvelles brasseries suisses le mois passé, toutes deux en provenance du canton de Zurich. Talchern Bräu, avec son unique et très convaincante création, nommée de manière très imaginative Original, et Bierzunft Wehntal qui, bien que présentant un potentiel certain, a encore du chemin à faire.

Des excellentes bières suisses il y en a eu, même si elles sont restées en deça du podium. Tout d’abord bien sûr le nouveau millésime à la gloire du légendaire chat béatifié (ou était-ce sanctifié ?) de la BFM, j’ai nommé l’Abbaye de Saint Bon-Chien 2011, qui, fidèle à ses prédécesseurs, fait très fort. Puis le solide Old Harbour Porter de UHB, un autre synonyme pour qualité. Et enfin la très plaisante Bodemünzi, brassée chez Trois Dames (encore une brasserie avec laquelle on peut difficilement se tromper) pour la société ProMurten.

Avant d’aborder le podium, j’aimerais encore vous signaler deux excellentes bières l’ayant manqué de peu. La Burly Gourd (Provisions Series) des californiens de The Bruery est une Sweet Stout boostée à la courge et vieillie sur des copeaux de cèdre. Oui, je sais, ça peut faire un peu peur dit comme cela, mais ne vous inquiétez pas: je vous assure que ça fonctionne très bien! Puis l’Imperial Russian Stout des fameux néerlandais d’Emelisse qui dégage les sinus avec ses 11% d’alcool et ses 75 EBU. Et au cas où vous vous diriez “Waouh, il me faut ces bières !”, vous savez bien sûr où les trouver. Non ? Mais voyons: Erzbierschof  évidemment !

La troisième place revient à Hoppin’ Frog avec sa Barrel Aged Naked Evil BBW (où BBW signifie Belgian-style Barley Wine, rien que ça !). Cette bière, brassée à l’occasion du 5ème anniversaire de la brasserie, a été fermentée avec des levures anglaises et belges et vieillie dans des fûts à whiskey. Alors je ne saurais vous dire si cette bière, qui titre à 11.3%, est vraiment un Barley Wine dans le plus pur style belge (il faudrait d’abord qu’on me l’explique…), mais je peux par contre vous assurer que c’est une beauté complexe et très plaisante !

Pour la seconde place, nous retrouvons la France et la brasserie de la Pleine Lune. Enfin, presque. Ces derniers ont foncé plein nord et s’en sont allés brasser à Blaringhem dans le Nord-Pas-de-Calais à la brasserie du Pays Flamand. De cette collaboration est ressortie une bière presque aussi lumineuse que son nom: Super Nova. Cette India Pale Ale qui titre à 6.2% est une bombe à houblon qui réussi le tour de force d’être équilibrée, complexe, rafraichissante et pleine de caractère. La grande classe !

Si la Westvleteren 12 est une bière de légende, je suis d’avis que l’Oostvleteren 12 Sint Amatus – ma gagnante du mois – le mériterait également. Produite par De Struise, une brasserie belge pour le moins audacieuse et créative, cette bière est une Abt/Quadrupel (ou devrais-je dire Belgian-style Barley Wine ?) qui titre à 10.5% et a été vieillie dans des fûts de bourbon en provenance du Kentucky. Cette bière est un véritable feu d’artifice que l’on pourrait savourer pendant deux heures en y trouvant sans cesse de nouveaux arômes ! Et ne me dites pas que vous ne savez pas où trouver cette merveille …

A votre santé !

À peine ai-je eu le temps de jeter un coup d’oeil en arrière sur une très belle année 2011, qu’il faut se remettre au boulot: les nouvelles bières se bousculent au portillon !

Mise à part une dégustation à l’aveugle de 27 bières suisses (uniquement des lagers blondes de masse) dont j’ai eu pas mal de difficulté à me remettre sur pied – plus au niveau physique que mental; mes deux potes présents pourront témoigner que ça n’avait rien à voir avec un quelconque excès d’alcool ingéré ... – et sur laquelle je reviendrai en détail très bientôt, le mois s’est présenté de manière moyenne au niveau du nombre de bières (60), mais, et j’en suis fort aise, a été très bon au niveau de la qualité globale.

Parmi les treize pays ayant tutoyé mon gosier au mois de janvier, c’est à nouveau la Suisse qui se taille la part du lion quant au nombre avec exactement un tiers de toutes les bières. Suivent ensuite la France (7), l’Angleterre et les Pays-Bas (5). Mise à part le Chili, avec la très intéressante Kross 5, pas de pays inhabituels à signaler. D’ailleurs, à moins de creuser intensivement sur ratebeer.com et d’organiser un échange coûteux aussi bien en temps qu’en argent, mes chances de trouver une bière d’un pays nouveaux demeurent fort limitées.

Or donc, disais-je, la qualité a été très bonne ce mois-ci. Et il est réjouissant de constater que les bières suisses n’ont pas fait exception. Bien au contraire ! Certes, la nouvelle création de la brasserie neuchâteloise la Vouivre, dénommée de manière originale “la Blonde” (ce n’est même pas de l’ironie de ma part: leur 4 bières précédentes n’avaient aucun nom !), ainsi que l’Hopfendolde des peu probants Mondlinger Bräu n’ont pas été terribles, mais la valeur des autres a bien vite fait oublier ces deux bières mitigées. Il y a eu tout d’abord deux nouvelles merveilles de la brasserie zurichoise Gutknecht’s Hammer-Bier: la Morado-Maisbier (brassée à base de maïs violet) et l’Adventsdoppelbock où les épices telle la cardamome ainsi que l’écorce de citron ont été mariés à un bock généreux (6.8%) de manière absolument magistrale, ce qui la place ex-aequo sur la troisième marche de mon podium du mois. Hugo, le brasseur, confirme une nouvelle fois tout le bien que je pensais de son talent. Légèrement en deçà, mais toujours dans le très bon, on trouve deux nouvelles bières de Mein Emmental, ainsi que la Raben Brau Sommer et la Stozi-Bräu Columbus. En plus de ces confirmations sont venus s’ajouter deux nouveaux venus: les obwaldiens de villa urPur et les bernois de BrewBrothers (Heimberg, près de Thoune). Ces deux brasseries offrent des bières pleinement maîtrisées, de grande qualité et souvent très originales. A découvrir absolument !

Vue la qualité ce mois-ci, il serait indécent de ma part de parler de flop du mois en citant les 3 bières squattant le fond du classement. Je ne le ferai donc pas. Et ça me laissera de la place pour citer un peu plus de bières ayant marqué le mois.

Je commencerai tout d’abord par saluer la brasserie française du Mont Salève qui fait fort avec 4 bières franchement de bonnes factures. Pour celles et ceux qui veulent en savoir un peu plus sur cette brasserie, je leur conseille l’excellent article que lui a consacré mon légendaire ami Laurent Mousson sur son blog “Front Helvétique de Libièration”: Sur les frontières. Cette brasserie n’a pas été la seule de son pays à marquer le mois de son empreinte puisque j’ai eu le plaisir de boire la très convaincante Sans Dessus Dessous produite par l’Agrivoise.

Puis, j’aimerais signaler la très bonne brasserie néerlandaise Emelisse qui m’a prouvé, si besoin était, avec son Imperial Doppelbock et sa Rauchbier qu’il n’y a avait pas que De Molen aux Pays-Bas.

Autre bijou du mois: l’Ignis & Flamma, une délicieuse IPA inspirée de la Vuur & Vlam de De Molen et brassée par les belges de Struise.

Nous voici donc arrivé au podium du mois. J’ai déjà parlé précédemment de l’Adventsdoppelbock de Gutknecht’s Hammer-Bier qui, avec 16.8 sur 20, partage la troisième place avec le robuste (et coûteux …) barley wine anglais Marble Special 2009.

Le haut du pavé est tenu ce mois-ci par le Canada. Si la brasserie le Naufrageur n’y a de peu pas eu accès malgré sa St.-Barnabé ou surtout sa Corte Real, ses compatriotes ont brillé encore plus fort. C’est ainsi que la Matt’s Sleepy Time, une sorte de croisement entre une Stout Impériale et une strong ale belge genre St-Bernardus,  de la brasserie ontarienne Beau’s All Natural m’a complétement séduit. Et finalement au sommet trône la Corne de Brume de la brasserie québecoise À l’Abri de la Tempête. Cette dernière est située dans les îles de la Madeleine, un archipel du Golf du Saint-Laurent. Alors je ne sais pas si leur brasserie est vraiment bien à l’abri d’une tempête dans une pareille localité, mais ce qui est sûr, c’est que leur bière est bien plus agréable que de s’en prendre une dans la tronche ! Un nez fort complexe (vanille, noisette, caramel, prunes ainsi que d’autres épices) et un corps robustement malté avec une douceur parfaitement équilibrée par une sèche amertume. Bref, la classe !

santé !