Posts Tagged ‘Stozi-Bräu’

beer-whitealeTout a commencé par la volonté de prioriser les bières suisses parmi la meute (trop) nombreuse de candidats en attente dans ma cave. Ce n’est que quatre jours avant la fin du mois – date correspondant à l’excellent 5ème Craft Bier Festival de Rapperswil – que j’ai pris conscience de la possibilité de réaliser quelque chose d’unique pour moi (et peut-être d’unique tout court): déguster 100 nouvelles bières suisses durant le même mois ! Si tenir une moyenne de 3,23 bières par jour n’est en soit pas négligeable, la véritable difficulté de cet “exploit” réside beaucoup plus dans le fait d’y arriver lorsque l’on a déjà plus de 2300 bières helvétiques au compteur. Mais finalement, au-delà des chiffres et autres statistiques que bien évidemment j’adore, l’essentiel reste l’incroyable richesse actuelle de la bière dans notre pays.

Il va de soi qu’il n’est resté que des miettes pour les 13 autres pays lors du mois écoulé et l’Espagne – arrivée 2ème en nombre – fait bien pâle figure avec ses 4 représentants face à l’armada helvétique forte d’exactement 100 membres. Mais il y a tout de même certaines choses à relever. Tout d’abord la présence fort rare du Japon avec deux très bonnes bières de la brasserie Kiuchi: Hitachino Nest White Ale et Hitachino Nest Commemorative Ale 2014.  Puis une toute nouvelle – et bonne – bière trappiste (disponible depuis la fin de l’année 2013), la Zundert de la brasserie néerlandaise De Kievit ainsi que la meilleure non-suisse, la Manzanita, une collaboration entre les Allemands de Freigeist et les Californiens de Fort Point. Et pour terminer il faut noter qu’avec seulement 23 représentantes, les bières étrangères ont réussi à truster le podium des cancres avec les portugaises Amphora Gladiator, Amphora Bracara et – la pire de toute – l’espagnole Xativa Er Boquerón. Un résultat somme toute très réjouissant pour les bières suisses !

brisenbraeuVenons-y donc à ces fameuses 100 bières suisses ! Bon pas toutes, il ne faut pas exagérer … Un coup d’oeil tout d’abord sur les 8 nouvelles brasseries découvertes ce mois. Trois d’entre-elles sortent clairement du lot et je vous les conseille fortement. Il s’agit de Birreria Pacific (Brusio dans les Grisons) avec notamment la Zamin et l’I.P.A.. Puis des Bernois de Aarmühle (Liebefeld) avec surtout leur Lemongrass India Pale Ale et de leurs voisins de Bäupbärger Bier (Belpberg en dialecte dans le texte…) et leur superbe Citra (à nouveau une IPA, un style totalement incontournable actuellement dans notre pays). Une mention positive également pour CVL Brewers (Chen Van Loon) avec des bières telle l’Amber Ale au profil complexe et assez original, terreux et épicé; puis les Nidwaldiens de Brisenbräu (nota bene la seule brasserie du canton) et leur très bonne Stout. On descend d’un cran avec KrügelBIER (Lucerne), une brasserie capable du meilleur (ObLaBi) et du moins bon (DuWeiBi) avec entre les deux une large palette de bières. Assez semblable bien que moins polarisé du côté de chez Culina-Bräu (Höri, canton de Zurich) où je retiendrai avant tout la bonne Holunderblühten-Bier. Finalement, la nouvelle brasserie la moins convaincante IMG_3124[1]aura été Drachenbräu (Oberrieden, Zurich) dont ni la Pils ni la Drachenbock ne seront parvenues à m’enthousiasmer – contrairement à d’autres personnes – lors du dernier Craft Bier Festival de Rapperswil.

Voici maintenant une vue d’ensemble des bières des autres brasseries. Pour la liste exhaustive, reportez-vous à la liste de mes 500 dernières bières dégustées. Mais si vous comptez le faire 6 mois après la publication de cet article, tant pis pour vous … Prêt ? C’est parti !

Si cette longue énumération ne vous a pas donné soif, j’espère que l’évocation du podium y parviendra ! Comme cela arrive parfois et tels les 3 mousquetaires, les 3 meilleures bières du mois sont au nombre de 4. Et elles sont toutes produites par des brasseries déjà évoquées ci-dessus. Les deux bières en troisième position sont l’American Ninja de 523 – burgbrauiune solide Black IPA titrant à 8.37% et arborant fièrement ses 90 IBU – ainsi que la Zinal Imperial Red Fruits, une Imperial Stout à 11.5% où notamment les malts rôtis se combinent aux fruits rouges de manière absolument divine.

Quant aux deux premiers – oui, il y en a deux et ce n’est pas parce que je ne voulais pas faire de jaloux, mais que voulez-vous: quand les points sont exactement les mêmes … – il s’agit tout d’abord à nouveau d’une bière de la brasserie de Zinal des 5 Quatre Mille, l’Imperial Milk Stout Crème Brûlée où le côté lactique et la douceur se marient admirablement avec des notes de café, de vanille et de noix. Et pour l’accompagner  nous retrouvons un autre surdoué du brassage avec la Burg Braui Rosmarinus, une bière d’un charme et d’une précision géniale dans laquelle le romarin et des notes fruitées jouent une partition quasi-parfaite. Chapeau !

cheers !

Advertisements

For the first time in my 26 years of beer hunting I have been able to sample more than 1’000 (1007 exactly) new beers in one year. Those of you who think this is a pretty incredible accomplishment should know that the top 2 raters on ratebeer.com scored more than 4’500 new beers in 2013. One really has to think twice about it, as it represents more than 12 new beers in average per day ! Mind-boggling … And don’t think I am on top in Switzerland either: notorious beer ticker Thomas Schneider has tracked down more than 2’000 beers last year.

Every year I am saying to myself that I will not be able to keep that pace, yet manage somehow to taste more every time. So I won’t say anything this time …Just live and let drink !

source_2013

Origins of the beers tasted in 2013

First comment: yes, I’m a good sponsor of Erzbierschof …If I have given this already legendary establishment an own category, it is not only because it could fit in more than one (bar, beer shop and online beer shop) but mainly to show its importance. The second most important category are trades with 18%. Back in 2009 trades were accounting for as much as 32% (see also http://www.bov.ch/beer/faq.html for more comparison) but I am keeping it down now to about 5 different sources, the kings from this category being the Swedish beer rater Per Forsgren and the Swiss beertickers Philipp Sigg and Thomas Schneider.

Close behind trades the next source are festivals. Here again, a huge difference in comparison with 2009, this time in the other direction. I am always saying I am not a big fan of festivals because of the pretty hard conditions for tasting beers there but it doesn’t mean I try to avoid them. And 2013 was – for me – decently rich in that matter with the Mondial de la Bière (Mulhouse; 69 beers), the Copenhagen Beer Festival (44), the Solothurner Biertage (39) and the Unterländer Biertage (22).

11% of the beers I had last year were received from friends. So I really want to thank all of them here again, especially the undisputed king (or should I say bishop ?) of this category: Toni Flükiger. Particularly pleasant to notice is the constantly increasing number of beers I receive from brewers. Here also, many thanks to all of them, notably Patrik Feller and Tom Strickler.

The number of countries was almost the same as last year – 34 – with 2 new ones among them: Cayman Islands and San Marino. The most represented country has been – of course – Switzerland with 348 beers followed by the USA (150), Belgium (102), Denmark (69) and Sweden (44). Two countries are sharing first place of the favorites: Spain and New Zealand, no surprise if you consider both of them being regularly mentioned as fast emerging beer countries. From place 3 to 5 you can find Norway, the Netherlands (winner in 2012 and 2011) and the USA. Switzerland appears (only) in 15th position.

Interesting is to take a look at the alcohol average. While it is 6.5% in average, the Netherlands stay at one end of the scale with 9.2% followed by Norway and Scotland (both 8.5%) while on the other end the Czech Republic (4.7%) and Finland (5%) can be met. Switzerland remains pretty low with 5.8%. Here are the whole data:

Average alcohol content per country

Average alcohol content per country

 The most represented breweries last year – for a total of 413 different ones – have been De Proef with 71 beers (thanks to the Danish gypsy brewers !), De Molen (26) and Storm&Anchor (23). The first two are the same as in 2012. Other noteworthy presences of Swiss breweries include Strättligen Bier (13), Birrificio Ticinese (10) and UHB (9).

My favorite brewery of 2013 with a minimum of 3 beers tasted is Fanø (already 2nd the year before). Then follow Storm&Anchor (3rd in 2012), Cantillon and Clown Shoes tied for 3rd and Bevog, Anchorage and Elav tied for 5th.

lFanoLogoFor the third consecutive year the most represented style has been IPA and this by far (112 beers) ! Then come “Spice/Herb/Vegetable” (52), Imperial Stout (46), American Pale Ale (39) and Fruit Beer (35). The days of the overwhelming presence of blond lagers are over ! Even when counting Pale Lager, Premium Lager, Pilsner and Dortmunder/Helles altogether, it makes 82 so clearly behind the 112 IPAs where neither Black IPA (15) nor Double IPA (29) are included.

This brings me to the next point: my favorite styles of 2013. Despite liking subtle and delicate beers (trust me, I’m not joking !) I like it rough – like Lady Gaga – most of the time. So it comes as no surprise to see Imperial Stout as a clear number 1. The followers are Double IPA, American Strong Ale, Fruit Lambic and Baltic Porter. At the bottom of this list you will find Malt Liquor (worst), Pale Lager, Zwickelbier, English Pale Ale and Dunkelweizen. I continue to be surprised – like last year – to see English Pale Ale so badly rated by myself.

I will now take a closer look at Switzerland.

BlackwellBreweryI have discovered beers from 30 new breweries last year (there were 20 in 2012) and the title of best new brewery of 2013 goes to the highly creative Blackwell (Burgdorf). Second is the excellent Brasserie des 5 Quatre Mille (Zinal) and third the classical yet very good Burg-Bier (Ringgenberg). Here some other very good breweries worth to mention: Wagerswiler Bräu (Wagerswil), Bodensee (Egnach), Sennbräu (Buchs, SG), Doppelleu (Winterthur), Montheysanne (Monthey) and Mein Teil (Bolligen). As I not always can be kind, I would like to point out some breweries which are clearly under the waterline: Burggütli-Bräu (Schaffhausen), Meiga-Bräu (Wangen) and Trio (Les Monts-de-Pully).

But the qualities of the best newcomers have not been enough to reach the top five of the best Swiss breweries of 2013. The fifth place goes to Officina della Birra (which was 2nd in 2012), fourth is the always improving and now highly qualitative Stozi-Bräu, third is the Brasserie des Cieux (Alas! If only Dominique would brew more often !) and second place is taken by the legendary BFM. And finally, after all the positive things I have written about them last year, it would be highly surprising not to see them on top … All my congratulations go to the amazing Storm&Anchor, my best Swiss brewery of 2013. I am waiting impatiently to discover all the new wizardries of Tom in 2014 !

storm_anchor_2013Again: no surprises to see the same protagonists while talking about the best Swiss beers of 2013. Storm&Anchor Burned wins (and is also overall best beer of 2013 !) ahead of BFM Abbaye de Saint Bon-Chien 2012 and Storm&Anchor Black (both ranked 5th overall).

Finally, here are the other international beers which made it to my top ten of 2013:

Fanø Evil Twin Even More Jesus (2nd), Renaissance 8 Wired iStout and Westbrook Mexican Cake Imperial Stout (tied for 3rd place) and Amager the Sinner Series Pride, Mont Salève la Tzarine, Croce di Malto Piedi NeriLervig Mikkeller George ! Barrel Aged Calvados Edition and Jester King Funk Metal (all tied for 5th). Doesn’t this look good ?

Is everything said ? I hope so.

Cheers everyone and have a good 2014 beer year !

index-1

Titanbräu, la brasserie de Saint-Marin

La publication de mon dernier billet mensuel en allemand m’a valu un nombre réjouissant de remerciements de la part de mes lecteurs germanophones. Et quelques remarques inquiètes de romands … Tout cela pour vous dire d’une part, qu’il est très agréable de se savoir lu et d’autre part qu’il est difficile de contenter tout le monde.

Bref, revenons à nos moutons – ou plutôt à nos houblons. Si le mois d’octobre s’est situé en-deçà de la moyenne annuelle au regard du nombre de bières (et de la qualité probablement aussi), il a toutefois été plus qu’honorable avec tout de même 79 nouveaux spécimens en provenance de 15 pays.

beer_154459

Alpha Pilsener, une bière d’Andorre

La Suisse pointe comme à l’habitude en tête avec 18 représentants, suivie de la Belgique et des États-Unis avec 12 chacun. A noter particulièrement un nouveau pays avec Saint-Marin. Enfin … nouveau, pas vraiment: en 2004 déjà, j’avais eu l’occasion de boire des bières de la brasserie Amarcord (appelée alors Spring), mais par la suite, en 2009, cette brasserie a déménagé en Italie (à Apecchio) et même si j’ai personnellement continué à considérer ce pays comme acquis, le trou apparu alors dans mes statistiques sur ratebeer m’a quand même un peu dérangé (on est pointilleux ou on ne l’est pas…). Cette inconsistance a donc été réparée grâce à la bienveillance du légendaire Himmy qui a partagé avec moi deux bières de la brasserie Titanbräu. A l’attention de ceux qui sont – comme moi – féru de détails, je signale que je n’ai pas encore bu une bière de tous les pays d’Europe (du moins selon les critères de ratebeer qui peuvent paraitre assez laxistes sur ce point) puisqu’il me manque encore le Vatican,  la République turque de Chypre du Nord, la République moldave du Dniestr et finalement Guernesey (dont seuls les deux derniers cités produisent de la bière à ce jour).

J’ai pu croiser des bières d’autres pays rares le mois passé avec l’Alpha Pilsener (Andorre), la Baird Mikkeller Fruitful Life Collaboration (Japon) et la Nómada Dead Monk de Ca l’Arenys (Espagne).

J’ai également pu découvrir les produits de 3 nouvelles brasseries suisses: Birra Bozz (Gordola, Tessin), Sennbräu (Buchs, Saint-Gall) et Trois Lacs (Enges, Neuchâtel). Seul les Saint-Gallois ont été convaincants, offrant trois bières de bonne facture dont en particulier la Senn Adams. Quant aux deux autres, j’attendrai de boire leurs autres bières en attente dans ma cave avant de me prononcer plus clairement.

Voici un tour d’horizon des autres bières suisses du mois d’octobre:

IMG_2215[1]

L’excellente Stillwater As Follows brassée chez Two Roads

Comme chaque mois ou presque, j’ai du m’envoyer des trucs – restons poli -pas bons. Pour ceux d’entre-vous se souciant de ma santé (merci à vous) et qui l’ignorerait, je rappellerai que je ne fini en aucun cas une bière qui ne me plait pas. Il est même rare que je boive en entier une bière n’atteignant pas la moyenne (qui, soit dit en passant, se situe actuellement vers les 12.5 sur 20 ou 3.1 sur 5 sur l’échelle de ratebeer). Je ne connais d’ailleurs pas de “beer rater” se fixant des règles concernant une consommation minimum d’un produit, chose que l’on peut par contre trouver chez les “beer tickers”. Or donc, je parlais de truc douteux et c’est la Biker Cool de Fürst Wallerstein qui remporte la palme avec un horrible mélange bière-limonade citron dont les allemands sont spécialistes et que les guignols du marketing persistent à vouloir qualifier de rafraichissant. Cette exécrable mixture laisse derrière elle de solides concurrents telles la Sundsporter des Suédois d’Helsingborgs (un festival de cuivre et de métal) et la Beck’s Asia, un mélange écoeurant de bière, grapefruit et gingembre (par chance une version limitée).

IMG_2207[1]

Jolly Pumpkin fidèle à sa réputation avec la Weizen Bam

What about good beers me direz-vous ? Pas de panique, il y en a eu ! Tout d’abord, un joli tir groupé états-uniens avec Kuhnhenn Aldebaran, Jolly Pumpkin Weizen Bam, Jester King Salt Lick (Censored), Short’s the Woodmaster et Two Roads Stillwater As Follows (toutes obtenues chez Erzbierschof pour ceux que ça intéressent). Puis une bière italienne, Stradaregina Pin Hop, une néerlandaise, the Perfect Crime Smoking Gun de la brasserie Schelde ainsi qu’une présence habituelle belgo-danoise (De Proef Mikkeller Walk on Water et De Proef To Øl Black Porter) et une moins commune belgo-japonaise avec OWA Sakura Lambic. La brasserie OWA a été créée en 2007 par Leo Imai, un chimiste/brasseur japonais qui a roulé sa bosse entre la brasserie Kirin, une université écossaise et une brasserie bavaroise avant de fonder sa compagnie à Bruxelles, à deux kilomètres du fameux Moeder Lambic. Son objectif est une fusion culinaire entre la Belgique et le Japon, il s’applique donc à concevoir des bières se mariant parfaitement à la cuisine de son pays d’origine. Je dis concevoir, car il ne semble pas avoir de lieu de production (merci de me contredire si vous en savez plus) et travaille en collaboration avec d’autres brasseries. La Sakura Lambic précitée provient probablement de chez Timmermans (vous remarquerez grâce à l’adverbe “probablement” que la transparence dont je déplore souvent le manque en Suisse, n’est pas forcément présente chez les Belges non plus, loin s’en faut d’ailleurs).

IMG_2209[1]

Dégustation belge chez Erzbierschof: Bzart (Oud Beersel), OWA et XXX de De Ranke

Aborder le podium me permet de rebondir directement sur la brasserie (ou plutôt la compagnie) OWA puisqu’une autre de leurs bières a fait particulièrement fort le mois passé en obtenant la deuxième place. J’ai nommé la Ume Lambic, produite chez De Troch. Le Ume est un abricotier du Japon produisant des fruits particulièrement aigres et acides et qui se combinent merveilleusement à un lambic.

Deux bières se partagent la troisième place dont la meilleure bière suisse du mois, la délicieuse Dark Ale de Reinecke Bräu. Quel dommage que Beat ne brasse pas plus ! Son compagnon pour la médaille de bronze est une nouvelle bière du tandem explosif De Proef/Mikkeller qui pour l’occasion a constitué un trio avec les états-uniens de Three Floyds pour concocter la Boogoop, un barley wine arborant fièrement ses 10.4% d’alcool et ses 80 IBU. Âmes sensibles s’abstenir.FFF_BooGoopLabel_mikk82

La victoire du mois revient à mon style de prédilection avec la puissante Stone Espresso Imperial Russian Stout, un véritable feu d’artifice de café et de chocolat enrobé d’une amertume à damner un saint (enfin, peut-être pas, mais un amateur de bière, oui !).

cheers !

stoziAfin d’égayer quelque peu les longues journées d’un hiver qui – à mon goût tout du moins – s’éternise, j’ai déclenché le turbo. Non pas de ma voiture, dont les modestes 100 CV suffisent déjà largement à attraper des amendes plus facilement que la grippe, mais de mon rythme de dégustation.

Ce sont donc 74 bières en provenance de 11 pays que ma vue, mon adorat, mon goût et moi-même avons passé en revue le mois passé. Comme dans la majorité des cas c’est la Suisse qui se taille la part du lion au niveau quantité avec 19 bières représentées. Suivent la Belgique (15) et les USA (13), constituant ainsi le même trio que lors du mois de janvier, mais dans un autre ordre.

Aucun pays rare ni aucune nouvelle brasserie suisse découverte, est-ce à dire que le mois a été fastidieux ? Ce serait aller un peu vite en besogne que de l’affirmer !

img_0149_369Rares sont les mois où je ne parle pas de Storm&Anchor et celui-ci ne fait pas exception. Si la Saison a été (relativement) en-deça de ce qu’on peut attendre de la part de Tom Strickler, la Columbus a été absolument enthousiasmante, manquant le podium du mois pour un cheveu en faveur d’une autre bière suisse sur laquelle je reviendrai plus tard. Parmi les autres bonnes bières du pays, je citerai encore la Robust Porter de Gutknecht’s Hammer-Bier, la Stozi-Bräu Black Amber et la BrewBrothers the Bright. Il y a eu bien sûr aussi du fort douteux (BrewBrothers Rauchbier), du pas terrible (Old School Irish Brown Ale) et du “ça passe tout juste” (Öufi Südfuss).

Fort heureusement – et contrairement au mois précédent – , les bières de mon pays sont parvenues à éviter (certes tout juste) le podium des cancres… Sur ce dernier nous trouvons la poussièreuse et bizarre St. Stefanus Blonde des belges de van Steenberge, la Karjala III des finlandais d’Hartwall (une lager de masse dans toute sa splendeur) et finalement – la pire de toutes avec une bonne marge – la Royal Classic des danois de Royal Unibrew. Leur nom ne vous dit rien ? Pensez à Faxe, Ceres ou Albani, je suis sûr que vous avez déjà croisé une de leurs fameuses marques …

nogne-oIl y a eu une nouvelle fois beaucoup d’excellentes bières et, bien entendu, un bon nombre a échoué au pied du podium. Je citerai tout d’abord trois bières belges en commençant par l’excellente version limitée de Drie Fonteinen, l’Armand’4 Oude Geuze Zomer (un lambic qui se décline également magnifiquement dans les trois autres saisons: Herfst, Lente et Winter), ainsi que deux merveilles de Mikkeller made in De Proef, la Bedow Autumn Porter et la Milk Stout où le lactose se marie superbement avec les houblons. IMG_1608[1]On retrouve ensuite Mikkeller, mais cette fois-ci plus au nord en collaboration avec les norvégiens de Nøgne Ø pour la George! Barrel Aged Cognac Edition (excellente, même si elle reste à mon avis en-deçà de la version Calvados). Autre bière digne d’intérêt et issue également d’une collaboration entre trois brasseries américaines cette fois: la Saison du Buff. Celle que j’ai pu goûter a été brassée chez Victory, mais il en existe deux autres versions produites chez les autres acteurs de cette collaboration: Dogfish Head et Stone.

Nous voici donc arrivé à l’heure du podium.

J’ai déjà dévoilé plus haut la nationalité – helvétique – du numéro trois. Il s’agit d’un habitué et de son célèbre chat sanctifié (ou était-ce béatifié ?), la nouvelle version Grand Cru Rosé de la Saint Bon-Chien de la Brasserie des Franches-Montagnes. Une version vieillie dans quatre barriques de vins blancs et rouges, particulièrement élégante et complexe.carnevale-ale

Puisqu’on parle d’élégance et de caractère, la numéro deux du mois n’en manque pas. La Carnevale Ale des Californiens de Port Brewing est une superbe Saison boostée aux brettanomyces, particulièrement complexe et rafraichissante.

Et, finalement, la victoire revient à la bière néerlandaise Mühle & Bahnhof de De Molen. Cette bière est basée sur un style traditionnel allemand très populaire au 19ème siècle dans la région de Leipzig: Gose. Une fermentation lactique complète la fermentation classique et donne à la bière des notes douces et acides avec parfois – comme c’est le cas ici – une touche salée plus ou moins marquée. La Gose avait totalement disparue pendant 20 ans dans la deuxième moitié du 20ème siècle, mais effectue un petit retour depuis. Une expèrience à ne manquer en aucun cas !

cheers!

Le Mondial de la Bière de Strasbourg figurant au programme du mois d’octobre, il n’est pas surprenant que mon nombre de nouvelles bières goûtées ait été un peu plus élevé qu’en moyenne : 81. Bien que n’ayant passé qu’une seule journée au Mondial (le dimanche), j’y ai tout de même dégusté et noté 30 bières. Cela peut paraître (et est probablement) exagéré. Je dois toutefois dire qu’avec mes 24 années passées à noter des bières, je suis capable, dans la grande majorité des cas, d’attribuer mes points (apparence, arôme, goût, arrière-goût, impression générale ; voir aussi http://www.bov.ch/beer/ratings.htm) de manière très rapide, et ceci même après un nombre élevé de bières. Il suffit de faire attention à certains points importants, comme par exemple l’ordre de dégustation, ou alors de reposer quelque peu le palais et de prendre un peu plus de temps si une bière subtile et légère se présente à vous après un monstre sur-houblonné. Le problème se situe plutôt, et de manière naturelle, au niveau de la qualité des notes prises sur les bières en question…

Ces 30 bières dégustées sur place mises à part, j’en ai ramenées 78 autres de mon escapade alsacienne, explosant ainsi mon budget bière … Mais, chut ! Pas un mot à ma femme 😉

Que dire du mois écoulé ?

Tout d’abord que les bières suisses ont tenu, à nouveau, le haut du pavé au niveau du nombre (26), ce qui m’a permis de passer discrètement la barrière des 1’500 bières helvétiques ! L’Italie, grâce au Mondial de Strasbourg, suit avec 18, puis vient l’Allemagne avec 10. Parmi les 13 pays représentés le mois passé, aucun n’est inhabituel et je fini par me faire à l’idée que 2011 sera la première année durant laquelle je n’aurai découvert aucune bière en provenance d’un nouveau pays !

Un coup d’œil plus détaillé sur les bières suisses montre que trois nouvelles brasseries, toutes de qualité fort respectable, ont croisé mon chemin,: les Lausannois de Maupas, la brasserie grisonne Biermanufaktur Maienfeld ainsi que les Zurichois de Benedix Klosterbräu. La déception du mois provient de la brasserie vaudoise Bière Buse, pourtant capable de produire d’excellentes bières, avec sa Frivole, une blanche qui ne tient pas du tout la route. Nulle doute qu’Alexandre fera beaucoup mieux l’été prochain. Si les bières suisses sont absentes de mon podium, le chapitre satisfaction n’est par contre de loin pas vide avec entre autres (sans ordre particulier) : la Pacific Pioneer (un excellent Porter des non moins excellents Sudwerk), la Noiraude (superbe Imperial Stout de la fameuse brasserie l’Enclave), la Smoke Whisky Beer (produite avec ajout de Bowmore) de UHB et la sur-houblonnée Impériale IPA Capitana de Stozi-Bräu.

Quant aux autres pays, la déception est venue de la micro-brasserie italienne de Karma dont les produits présentés au Mondial de Strasbourg étaient fort modestes. Mais il y a eu d’autres flops, tels la Stöttner Neues  Helles, la Birra de zum Schwarzen Adler (brassée pour les magasins Coop en Italie) et surtout l’imbuvable Nobelaner Kesäolut des imprononçables finlandais de Laitilan Wirvoitusjuomatehdas Parmi les joyaux n’ayant pas atteint le podium, je citerai les bières suivantes, toutes dégustées lors du Mondial : la Triple Brune I.P.A. des français de Fleurac, la danoise et vainqueur de la médaille de platine du Mondial (la plus haute  distinction) : la Hornbeer Dryhop, l’italienne Amarcord Riserva Speciale et la Charbonnière des excellents Québécois de Dieu du Ciel.

Venons-en finalement aux 3 premières places où nous retrouvons tout d’abord (3ème) la brasserie Hornbeer avec sa solide (11%) et complexe Imperial Stout : the Fundamental Blackhorn. Le Québec et Dieu du Ciel sont encore à l’honneur en deuxième position avec leur Chaman, une superbe Imperial IPA qui parvient à maintenir un bel équilibre malgré une forte amertume. Et finalement, on trouve une bière dano-belge au sommet : la Mikkeller Texas Ranger, brassée chez De Proef. Cette bière est brassée avec des piments chipotle, une variété fumée et séchée. Je tiens à rassurer tout de suite ceux à qui le mot piment évoque d’horribles souvenirs d’une Chili Beer genre Cave Creek : la Texas Ranger n’a rien à voir avec ça. Le goût épicé, au lieu de partir dans la force brute, rajoute ici une dimension et une complexité supplémentaire à une bière qui n’en manque pas avec, entre autres, des notes chocolatées et une belle amertume.

Je vous rappelle que la liste des mes 200 dernières bières testées se trouve online sur le lien suivant : http://www.bov.ch/cgi-bin/shownewbeers

cheers !