Posts Tagged ‘Altes Tramdepot’

IMG_3364[1]A peine le temps de jeter un regard dans le rétroviseur que – zou – le mois de janvier est déjà terminé (j’ai pourtant vu passer Noël très récemment, non ?).  Je ramasse donc mes billes pour faire le bilan et il est vrai que je me dois de constater que l’année a commencé sur quelques notes plaisantes dont le nombre fort agréable de bières offertes par des brasseurs (je ne les remercierai jamais assez) ainsi que l’ouverture du 3ème bar Erzbierschof à Berne ont clairement été les points forts.

Or donc, ce sont 78 nouvelles bières qui ont égayé mes sens et mes soirées (mes après-midis également parfois …) dont la provenance se compose de 17 pays. La domination au niveau du nombre a été inhabituellement acharnée et ce sont finalement les USA qui brûlent la politesse à la Belgique (17 contre 16), laissant mon pays natal se contenter d’une rare 3ème place avec 14 nouvelles bières. A noter parmi les contrées rares l’Argentine et la Lago Puelo Roja ainsi que le Portugal avec deux bières des “gypsys” de Passarola (IPA et Double Oatmeal Stout), brassées chez Faustino. Mais le must n’est évidemment pas d’accrocher un pays rare, mais bien sûr un nouveau pays ! Ce qui est déjà chose faite cette année avec la Murree Beer en provenance du Pakistan, mon 162ème pays.IMG_3334[1]

Alors que 13 nouvelles brasseries suisses se sont déjà ouvertes en 2015, je n’ai pas été capable d’en accrocher ne serait-ce qu’une seule à mon tableau de chasse. Mais ce n’est que partie remise, faites-moi confiance. Voici un petit résumé de mes nouvelles bières helvétiques du mois de janvier:

  • UHB se taille la part du lion avec 6 bières bonnes à très bonnes dont la plus convaincante aura été la Rasputin Stout (meilleure bière suisse du mois), suivie d’un tir groupé constitué de la Dark Saison, la Citra Blond Ale et la French Saison. Il est à noter que sur les 47 (eh oui!)  bières que j’ai pu goûter jusqu’à aujourd’hui de cette brasserie, j’attends toujours d’en rencontrer une mauvaise. En fait, non: je sais qu’Ueli ne peut pas brasser de mauvaises bières !
  • Trois Dames confirme (s’il en était encore besoin) sa créativité et son penchant pour les collaborations avec la Dark Absinthe Saison, concoctée avec les américains d’Arizona Wilderness. Une bière très bien faite qui se heurte en ce qui me concerne à mon affection – comment dire – fort modérée pour l’absinthe;
  • la Sottobisio IPA s’inscrit parfaitement dans la ligne de qualité offerte par cette brasserie tessinoise;
  • la brasserie JamesBräu reste excellente; si la douceur un peu excessive de la Strong Red a un peu freiné mon enthousiasme, la très bonne Dubble, elle, était au rendez-vous;
  • IMG_3361[1]la Cathélaz Bière Blanche à l’Américaine n’est certes pas la meilleure création de la brasserie, mais c’est une bière qui reste très bonne;
  • difficile de savoir où l’on met les pieds avec les Valaisans de Celsius (brasserie artisanale d’Ayent) dont les bières sont souvent chaotiques et parfois incorrectes … je ne vais donc pas me plaindre de leur Matador, une Stout somme toute buvable;
  • la Bira Bianca des Tessinois de San Rocco est tout à fait décente bien que passablement hors style;
  • même si je n’ai jamais été un fan de l’Altes Tramdepot, je dois leur concéder une chose: leur créativité (un paradoxe pour une brasserie croyant au mythe de la Reinheitsgebot … alors même que beaucoup de leurs bières ne peuvent pas s’en réclamer). Leur récente Baltic Porter n’est pas mal du tout.

Avant de parler du meilleur, il est convenu de s’attarder brièvement sur le moins bon. Même si la bière pakistanaise était franchement mauvaise, elle n’a eu aucune chance face à l’écoeurante Karmi Malinowa Pasja produite par Okocim (Carlsberg Polska) et qui devrait être interdite au plus de 8 ans … La Woinic Rouge des hop_stoopidfrançais d’Ardwen prend une deuxième place méritée sur le podium d’infamie alors que l’on trouve une autre bière polonaise, la Raciborskie Ciemne de la brasserie Zamkowy Raciborz, à la troisième place. A noter également que j’ai été fort déçu par la Weyerbacher Eighteen, une bière pourtant bien cotée sur Ratebeer.

Au chapitre satisfaction, beaucoup trop de bières pour les passer toutes en revue et c’est tant mieux. La meilleure bière états-unienne a été la Farmhouse Hop Stoopid de Lagunitas (du haut de ses 102 UBU), alors que côté anglais, j’ai été séduit par la Ridgeway Imperial Barley Wine de Hepworth.

Belle prestation des Norvégiens avec la Jacobs Hage des nouveaux et fort prometteurs Lindheim et surtout la troisième place du mois de Lervig avec leur Konrad’s Stout.

thurboMais ce sont les Belges qui frappent le plus fort avec la Timmermans Oude Gueuze, la To Øl Garden of Eden (3ème ex aequo) et la Mikkeller Show Me Cuvée (1ère ex aequo). Les deux dernières nommées étant bien sûr brassées chez De Proef.

Et pour finir, c’est la Suède qui place un représentant pour accompagner la Show Me Cuvée au sommet du podium avec la merveilleuse Thurbo Double IPA de la brasserie Oppigårds. Hmmm… comment donc résister à tous ces houblons ?

cheers !

Advertisements

IMG_3160[1]

Balashi, une bière d’Aruba.

Avec 155 nouvelles bières lors des deux derniers mois, 2014 continue d’être une année riche et passionnante avec en ligne de mire une forte probabilité de franchir la barrière mythique des 10’000 bières lors du mois de décembre encore. Quand je pense qu’il y a une quinzaine d’années c’était le chiffre que je m’étais fixé pour la fin de ma “carrière” ! Mais c’était avant la révolution de la bière artisanale et le foisonnement hallucinant de brasseries et de bières de tous horizons, à une époque où découvrir 300 bières en une année était un exploit probablement plus difficile que d’en goûter 1000 actuellement. Il semblerait donc qu’il soit temps de me fixer un nouvel objectif … Disons donc: rester en santé et les 30’000 bières arriveront automatiquement 😉

Domination habituelle de la Suisse au niveau comptable avec 45 nouvelles bières, loin devant les USA et l’Italie avec 16 chacun. Aruba devient mon pays numéro 161 grâce à la modeste Balashi. A noter que le décompte des pays n’est pas aussi évident qu’il n’y paraît et ceux que ça intéressent peuvent jeter un coup d’œil sur ma page en dessous de “definition” afin d’en apprendre un peu plus. Dans le thème pays rares, le Costa Rica s’en sort plutôt bien avec la Libertas Tropical Golden Ale, contrairement à St Vincent et son imbuvable Wadadli Antigua Lager (oui, brassée sous licence pour l’Antigua Brewery) et au décevant Portugal où l’intérêt grandissant ne paye pas (encore) dans les bouteilles, j’en veux pour preuve des bières telles Morgan & Jacobs Export Stout ou Faustino Maldita Robust Porter.

la diversité existe au Portugal, la qualité ne devrait pas tarder ...

la diversité existe au Portugal, la qualité ne devrait pas tarder …

Alors que durant ces deux mois j’ai pu découvrir des bières de 4 nouvelles brasseries helvétiques, ce ne sont pas moins de 11 autres qui se sont inscrites à l’Administration Fédérale des Douanes. Alors que mon objectif est de couvrir un maximum de brasseries du pays, j’ai plutôt actuellement l’impression de perdre pied … Or donc, 4 disais-je et pour le moins différentes ! Si la Nébuleuse n’a aucunement déçu la grande attente que j’avais à leur sujet (avec des bières telles la Stirling ou l’Embuscade), les Bernois de Bierwerk Sulgenau ont frappé fort dans l’autre sens et leur Helles Bier décroche la médaille d’or de la pire bière des deux derniers mois. Ils brûlent ainsi la politesse de justesse à l’abjecte Cathédrale des Valaisans de 7Peaks dont l’autre bière – bonne celle-ci, Dent Jaune – me fait penser qu’il s’agit là d’une erreur de parcours de la part d’une brasserie capable de mieux faire. A suivre, donc. Et finalement les Tessinois de San Rocco, catégoriquement orientés style belge et cela de plutôt belle manière avec entre-autres l’excellente Bira Scüra.

IMG_3184[1]Voici maintenant une petite vue d’ensemble des autres bières helvétiques dégustées lors des deux derniers mois:

Vous avez remarqué ? De deux choses l’une: ou le niveau des brasseries suisses devient vraiment bon ou alors je deviens vieux et perd de mon sens critique … Je vous conseille donc de les boire toutes également et de vous faire votre avis. Pour rappel, la liste complète se trouve ici.

IMG_3183[1]Même si les bières suisses ont fait très fort lors des deux derniers mois, en plaçant notamment plusieurs représentantes sur les podiums, leurs consœurs étrangères n’ont pas été en reste. J’en citerai quelques unes avec tout d’abord l’Italie et l’excellente Zest de la merveilleuse brasserie Extraomnes, la France avec l’incontournable Mont Salève et sa Black Indians, la Belgique des légendaires Cantillon avec la Zwanze 2014, les Néerlandais de De Molen avec Hel & Verdoemenis (Octomore) – bière du mois de septembre – et finalement les incomparables Écossais de BrewDog avec IPA is Dead Kohatu et surtout la Black Eyed King Imp, une Imperial Stout robuste (11.8%) et hautement complexe qui partage la 1ère place du mois d’octobre avec Blackwell. N’est-ce pas un merveilleux duo ?

cheers !

Mikkeller 19 et Olympic Fix Dark

Mikkeller 19 et Olympic Fix Dark

Si la publication de mon billet mensuel a un peu tardé, ce n’est pas parce que je traverse un désert asséché, mais bien au contraire parce que l’année a commencé sur les chapeaux de roue ! Ce sont en effet 63 bières en provenance de 12 pays qui ont fait mon bonheur (ou presque) le mois passé.

Celui-ci a été marqué d’une empreinte états-unienne avec pas moins de 20 nectars en provenance de ce pays. La Suisse suit en deuxième position avec 14 bières (vous comprendrez plus tard pourquoi j’ai évité le terme “nectar” ici) et la Belgique – boostée par le tandem De Proef/Mikkeller – vient ensuite avec 11 représentants. La présence de deux pays relativement rares pour moi sont à noter: la Grèce avec la modeste Olympic Fix Dark et la Nouvelle-Zélande avec 3 excellentes bières de la brasserie 8 Wired.

Quid de la Suisse ?

Tout d’abord la découverte d’une nouvelle brasserie basée à Burgdorf (il semble y avoir un nid là-bas …): Blackwell. Pour avoir discuté à plusieurs reprises avec les brasseurs (des perfectionnistes intéressés par des styles de bière percutants), j’étais déjà pratiquement sûr de rencontrer de très bons produits. Et ça n’a pas manqué ! IMG_1601[1]Particulièrement réussie à mon avis est leur Rusalka Imperial Stout (même si 7.1% est un peu juste pour ce style). Une brasserie à suivre donc, en espérant les voir brasser plus régulièrement à l’avenir.

Puis, dans la catégorie “excellente brasserie et je confirme”, j’aimerais noter la Snappy Sailor IPA de Egghubel ainsi que deux bières de Storm&Anchor (je me demande si Tom est capable de brasser quelque chose qui n’est pas excellent ?!): la Sailor Grave – une Imperial Stout titrant à 12% et boostée à la vanille – et la Siren, un Barley Wine à 10.2% où la douceur initiale est équilibré par une impressionante amertume et une fin de bouche très sèche. Puis il y a eu quelques bières un peu décevante par rapport au niveau habituel de la brasserie, telles la Stella Maris de Lägere Bräu et la Honey Ale des BrewBrothers.

Et finalement il y a eu du franchement pas terrible du tout, mais je garde cela pour plus tard.

Si j’ai parlé de nectars au sujet des 20 bières en provenance des USA, c’est parce que leur niveau global a été franchement impressionnant (même si aucune d’entre elles n’apparait dans le top 3 du mois). Un petit bémol toutefois concernant l’Evil Twin Freudian Slip de Westbrook qui ne m’a pas convaincu. Sinon – et sans les citer toutes – je vous conseille chaudement les bières suivantes: Anchorage Galaxy White IPA, Jolly Pumpkin Sobrehumano Palena ‘Ole, Clown Shoes Muffin Top, Epic Brainless on Cherries, Alesmith IPA, Green Flash Saison Diego, Just Beer Pretty Things Once Upon A Time February 22nd 1945 X Ale et the Bruery 4 Calling Birds. gregoriusEt pour ceux qui pensent “cause toujours, comment veux-tu que je mette la main sur ces bières?”, je ne dirai que 3 mots: ERZ BIER SCHOF. Et non: je ne reçois aucune commission 😀

What else ?

Non pas une nouvelle sorte de Nespresso mais une nouvelle bière trappiste, la Gregorius de la brasserie autrichienne Stift Engelszell reconnue officiellement depuis octobre 2012 par l’Association Trappiste Internationale. Ce qui fait maintenant huit brasseries trappistes (une 9ème – l’Abbaye du Mont des Cats – dont la bière est pour l’instant encore brassée par Chimay, est sur les rangs). Pour revenir à la Gregorius, c’est une bière bien faite, parfaitement dans la lignée de la plupart des bières trappistes et à mon avis meilleure que celles de Chimay ou la Trappe.

Voici encore quelques bières excellentes que j’ai dégustées le mois passé et qui ont échoué au pied du podium:fullers-cognac

Avant de parler du podium du mois, faisons donc un détour (honteux) pour aborder le classement dans l’autre sens. Qu’y voit-on ? Et bien, malheureusement, 3 bières suisses. Si la Zulgbier das Dunkle s’en sort de justesse avec le qualificatif “modeste”, la Chocolate Cherry Stout (pourtant tout un programme) de l’Altes Tramdepot était elle difficilement buvable. Mais que dire alors de la Zügelbier de Burgdorfer, une brasserie pourtant habituellement loin d’être mauvaise, mais qui semble filer un mauvais coton en alignant une seconde nouveauté fort décevante après leur médiocre Dampfbier (et ne me faites pas rire en objectant que cette dernière a gagné la médaille d’or au World Beer Awards). Ce qui est sûr concernant la Zügelbier, c’est que le préposé au contrôle qualité avait congé le jour de l’embouteillage …

Fini de rire et en avant pour les trois premiers !

IMG_1591[1]Vous ai-je déjà dit que j’adorais les Imperial Stout ? Oui ? Heureusement, j’ai ainsi l’air moins con en annonçant que mon podium est constitué exclusivement de bières appartenant à ce style. Ahhh, j’oubliais: ceux qui sont allergiques aux “gypsy brewers” (noms connus de la rédaction ;-)) peuvent déjà cesser leur lecture pour éviter de se faire du mal.

Or donc, en troisième position, nous trouvons la Mikkeller George! Barrel Aged Calvados Edition, brassée chez les fantastiques norvégiens de Nøgne Ø (oui, ça se prononce toujours comme ça s’écrit). 12.12% d’alcool pour cette bière épaisse et complexe à souhait. La seconde place revient à la 8 Wired iStout. Cette impressionnante beauté titrant à 10.5% nous est offerte non pas par la firme à la pomme, mais par la brasserie néo-zélandaise Renaissance, le brasseur habituel de 8 Wired (et oui, il y a des gypsy brewers sur tous les continents ou presque). Et finalement, la victoire du mois revient à une nouvelle collaboration danoise entre Fanø et Evil Twin avec cette fois-ci la Even More Jesus, un miracle à 12% propre à faire douter un athée.

cheers !

L’arrivée de l’automne et de ses températures plus fraiches a souvent pour effet d’accélérer le rythme de mes dégustations. Il n’en a pas été autrement lors du mois passé puisqu’avec 65 nouvelles bières, j’ai tourné légèrement au-dessus de mes moyennes habituelles.

Parmi les 13 pays représentés, la Suisse a écrasé toute concurrence au niveau du nombre avec presque la moitié des bières (32). Suivent loin derrière la Belgique (6) et les USA (5).

Grâce en grande partie aux Unterländer Biertage (voir aussi mon article précédent), j’ai eu la chance de découvrir 5 nouvelles brasseries suisses. Enfin, la chance … pas toujours. Je ne vais pas revenir sur l’innommable Walliseller Bier et la douteuse Muschtibräu, mais je n’en pense pas moins ! Les 3 autres nouvelles brasseries, par contre, sont réjouissantes, si ce n’est par la créativité, néanmoins par la bonne qualité de leurs produits. Il y a donc eu les Zurichois d’Hardwald et de Brauwerk, ainsi que les Bernois de Brauwerkstatt Jegenstorf.

J’ai également eu le mois passé la confirmation – mais en était-il besoin ? – de l’excellent savoir-faire de brasseries telles Gutknecht’s Hammer-Bier, Storm&Anchor et Brüll!Bier. Je peux donc chaudement vous recommander des bières comme la Ventilator (une doppelbock de Hammer-Bier), la Cascade et la Brown (une IPA respectivement une brown ale made in Storm&Anchor) ainsi que la Nera (une Stout de Brüll!Bier). Le problème restera pour vous de pouvoir mettre la main dessus …

Pour en terminer (ou presque) avec les bières suisses, j’aimerais encore signaler les deux nouvelles bières « fribourgeoises », la Patriote et la Bière des Zähringen. Ces bières, lancées en réponse à la fermeture du lieu de production de Cardinal et la désertion prévue d’une partie de ses fidèles consommateurs, ont le tort de flatter la fibre patriotique et en même temps de n’être pas brassées dans le canton. Et si ce fait n’est aucunement caché lors des interviews donnés dans la presse, les étiquettes, elles, sont totalement muettes sur cet état de fait. Or donc, la Patriote (une bière soit dit en passant fort correcte) est étiquetée « Freiburger Biermanufaktur » (une excellente microbrasserie située en ville de Fribourg), mais est en fait produite chez Felsenau. Il semblerait toutefois que la production devrait être tôt au tard rapatriée à Fribourg. Quant à la Bière des Zähringen, elle restera une bière brassée sous licence, puisque le propriétaire de la marque s’y connait plus en marketing qu’en brassage. Cette bière est brassée chez Egger, un fait que ses caractéristiques – inoffensive et ennuyeuse – confirment sans équivoque … 

Bon, malgré ce que j’ai dit précédemment, je suis bien obligé de parler à nouveau de la Walliseller Bier puisque c’est elle qui remporte la palme de la plus mauvaise bière du mois de septembre. Elle s’impose de manière brillante devançant l’incompréhensible Altes Tramdepot Export (une bière qui a pourtant ses fans) et la Doom Bar des Anglais de Sharp’s, une Bitter d’une modestie forçant la pitié.

Comme d’habitude, j’ai eu une multitude de bières excellentes à me mettre sous la dent (ou plutôt dans le ventre). J’ai cité celles en provenance de Suisse, en voici quelques autres que j’ai adorées:

Mais malgré toutes leurs qualités, celles-ci n’ont pas suffi pour prendre une place sur le podium…. que je me fais un plaisir de vous soumettre pour terminer :

La troisième place revient à la brasserie Cabinet (Alexandria, Virginie, USA) avec sa bière au nom frisant le dépassement du nombre de caractère dans la banque de données : The Farmer’s Cabinet Streaking Around the Campfire at Midnight. Et qui dit Campfire dit bière fumée et pas n’importe laquelle dans ce cas-ci, mais une montrant une grande complexité ainsi qu’une très belle subtilité.

En deuxième position – et c’est une première pour cette brasserie – on trouve l’excellente IPA XL de Gutknecht’s Hammer-Bier. Loin d’y repérer des notes de chien mouillé comme la future sommelière de la bière Anna 😉 , j’ai plutôt découvert une forte présence de houblons fruités et un bel équilibre.

Quant à la victoire du mois, elle revient – et assez nettement – à une brasserie française (une première dans mes bières du mois depuis juin … 1997 !). Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de l’excellente brasserie le Paradis de la géniale Marjorie Jacobi. C’est donc sa Sylvie Frount’zzz qui l’emporte. Cette double IPA titre à 8.6% et arbore fièrement ses 86 IBU. Elle est très fruitée,complexe,  très sèche et trèèès amère. Que demander de plus ?

cheers !

Ursprünglich plante der Chefbrauer Gerry Farrell mit seiner brandneuen Brauerei Sudwerk in Pfäffikon, eine jährliche Produktion von 500 Hektoliter zu erreichen. So einfach zu schaffen, sollte dies, mit dem durch die beiden Giganten Heineken und Carlsberg geschlossenen Markt, wohl nicht sein.

Kaum wurde aber die erste Flasche abgefüllt (Ende März 2011), kam Mitte Mai eine erfreuliche, allerdings ziemlich erstaunliche Nachricht: Sudwerk erhielt von Coop einen Auftrag über jährlich 180’000 Flaschen ! Die Biere sollen in sämtlichen Filialen in der Deutschschweiz und bei den grösseren Filialen in der Westschweiz verkauft werden. Mittlerweile wurde die Bestellung sogar auf 240’000 Flaschen erhöht !

Wie das ermöglicht wurde, weiss ich nicht; da müsste man Gerry Farrell direkt fragen. Tatsache ist, dass Sudwerk als erste Schweizer Mikrobrauerei es geschafft hat, wo bis jetzt andere, wie zum Beispiel Turbinenbräu, Unser Bier, Aare Bier und BFM, gescheitert sind, nämlich eine schweizweite Distribution ihres Produktes. Und nein! Striker Beer (das “nur” in der Deutschschweiz erhältlich ist) ist keine Mikrobrauerei: die Biere werden bei Falken gebraut.

Fairerweise darf ich aber die Graubündner von Biervision Monstein nicht vergessen: zwei Biere von dieser Mikrobrauerei, die jährlich 2’500 Hektoliter produziert, sind in über 300 Coop erhältlich. Das bringt uns auf dem zweiten wichtigen Punkt: dem Produkt selber.

Vor Sudwerk wurden schweizweit nur die üblichen, meist verkauften Biertypen vertrieben: Lager Hell, Weizen, Märzen, Pils (mit ein bisschen Phantasiekraft…) und … das wär’s langsam ! Es stimmt wohl, dass die zwei Biere von Biervision Monstein in dieser Liste nicht passen. Aber bitte: sowohl das Mungga, ein sogenanntes Kölsch, das man nie an einen Kölner auschenken darf, wie auch das monotone und atypische Stein+Bock haben etwas gemeinsam: die Qualität wurde ausserhalb der Flaschen vergessen.

Was bei Sudwerk also neu ist, ist das Qualität und ungewöhnliche Biertypen zusammenkommen. Und das Ganze wird in der Schweiz gebraut und weit vertrieben.

Das Western Rider, ein American Pale Ale, hat mir wirklich gefallen. Es ist sehr schön zwischen seinen Hopfen- und Malzcharakteristiken ausgewogen, was zu einem charaktervollen und sehr trinkbaren Bier führt. Das Gold Miner ist ein gut gehopftes Golden Ale, das als einzige Schwäche Spuren von Diacetyl zeigt. Das dritte Bier, das bald erhältlich sein sollte, Pioneer Porter, konnte ich noch nicht verkosten. Natürlich ist es nicht “das erste Porter-Bier der Schweiz” wie es regio.ch unwissend berichtet, es ist aber klar das erste Porter, das in der ganzen Schweiz verfügbar ist.

Der Werbespruch von Sudwerk lautet “Schweizerbier mal anders“. Schön und gut. Man muss aber präzisieren, dass das Schweizerbier seit mehreren Jahren “anders” als Lager Hell sein kann. Das haben uns, lange vor Sudwerk, Brauerein wie BFM, Sierrvoise, G48, Haldemann, Brasserie Artisanale de Fribourg, Officina della Birra, Altes Tramdepot, Rappi Bier Factory, Öufi, Faiseurs de Bière, Käppelijoch Bier, Brasserie Artisanale du Dérochet, Trois Dames, Strättligen Bier, BeSte, Degenbier, Sevibräu, Luterbächlihof, l’Enclave, UG-Bräu, Bières de Neuch, Brauerei.sh, UHB, Bief, Schwarzbuebe Bier, unter anderem, bewiesen. Obwohl alle diese Brauereien zusammen kaum 1% des in der Schweiz getrunkenen Biers produzieren, haben sie alle, und gewisse seit 15 Jahren, zu der Erziehung den Schweizer Biertrinkern und der Erneuerung der Schweizer Bierkultur beigetragen. Damit einmal, vielleicht, solche Biersorten nicht mehr als “anders” bezeichnet werden.

Was jetzt ? Interessant wird sicher die Reaktion der Konsumenten sein. Diese scheint jetzt extrem positiv zu sein, man muss aber minimum ein Jahr abwarten, bis Schlüsse gezogen werden können. Ein Erfolg wurde sicher Coop motivieren, weitere “ungewöhnliche” Schweizer Biere im Sortiment zu nehmen. Das könnte eine Chance für einige der oben erwähnten Brauereien sein.

Noch was: Sudwerk muss vorsichtig agieren und mittelfristig nach anderen wichtigen Vertriebskanälen forschen. Eine zu hohe Abhängigkeit an einen Vertreiber ist nicht gesund. Und dies nicht nur wegen einem allfälligen Preisdruck.